Assurances complémentaires : pas de hausse des tarifs en 2019 pour les contrats de base

Santé

La ministre des Solidarités et de la Santé salue l’effort financier des assureurs complémentaires en faveur du pouvoir d’achat des Français en 2019.

La ministre des Solidarités et de la Santé a réuni, le 20 décembre 2018, les représentants des assureurs complémentaires – mutuelles, assurances et instituts de prévoyance – pour leur rappeler les engagements demandés par le président de la République lors de son allocution aux Français le 10 décembre 2018.

Agnès Buzyn salue l’effort annoncé ce jour-là par les organismes complémentaires : il permettra de neutraliser, par un reversement aux personnes concernées, la hausse des tarifs prévue en 2019 pour les contrats de base dits « contrats au ticket modérateur ». Ces contrats sont généralement souscrits par les personnes aux revenus modestes. Au-delà des 7 millions de personnes couvertes par des aides publiques existantes – couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), aide à la complémentaire santé (ACS) -, plus de 5 millions de personnes vont ainsi bénéficier de ce remboursement. L’effort financier supplémentaire consenti par le secteur est évalué à 70 millions d’euros.

La ministre a, par ailleurs, demandé aux organismes complémentaires d’examiner la possibilité d’augmenter le nombre de bénéficiaires de la mesure de reversement, en visant particulièrement les contrats souscrits dans le cadre de l’ACS. « Ces efforts doivent s’inscrire en complément des mesures prises par le gouvernement pour offrir, à partir du 1er novembre 2019, une complémentaire santé à moins de 1 euro par jour aux assurés aux faibles revenus », a déclaré Agnès Buzyn.

La ministre des Solidarités et de la Santé a également évoqué les autres engagements demandés par le chef de l’État. À savoir :

    • Un engagement de maîtrise, voire de diminution, des frais de gestion dans les années à venir ;
    • Une plus grande transparence, dans leur communication aux clients, sur leurs frais de gestion ;
    • Le versement d’une prime exceptionnelle défiscalisée et sans charge sociale à leurs salariés pouvant aller jusqu’à 1 000 euros ;
    • La possibilité de permettre la résiliation sans frais d’un contrat d’assurance santé à tout moment, après un an de contrat effectif.

L’ensemble de ces engagements fera l’objet « d’un suivi attentif » de la part de la ministre. Une nouvelle réunion sera programmée, dès janvier 2019, pour travailler sur la transparence sur les frais de gestion et leur réduction pluriannuelle.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum