Covid-19 : le CNRS et l’Inserm mobilisés pour réaliser des tests de dépistage

Santé

Les préfets peuvent réquisitionner les laboratoires de recherche publique pour procéder aux tests de dépistage du virus.

Un décret et un arrêté parus au Journal officiel du 6 avril 2020 autorisent les préfets à réquisitionner les laboratoires de recherche publique, afin de procéder aux tests de dépistage du Covid-19 en utilisant la technique dite de RT-PCR, basée sur le matériel génétique. Le CNRS et l’Inserm se sont préparés en recensant, dans les laboratoires dont ils sont tutelles, le matériel disponible et le nombre de tests de ce type qui pourraient être réalisés par jour, dans les conditions fixées par le gouvernement. Résultat : une cinquantaine de structures, en mesure d’effectuer plus de 100 000 tests par jour, peuvent être mises à contribution, sous la coordination de l’Inserm.

En France, le diagnostic du Covid-19 est réalisé en recherchant la présence du SARS-CoV-2, le virus responsable de la maladie, à partir d’un prélèvement dans les fosses nasales des patients, rappellent les deux organismes de recherche. La détection du virus se fait en amplifiant son matériel génétique, par une technique appelée RT-PCR quantitative. Pour élargir la capacité de test, le gouvernement vient donc de donner la possibilité aux préfets de réquisitionner d’autres catégories de laboratoires, dont les laboratoires de recherche publique. Les laboratoires du CNRS, de l’Inserm et de leurs partenaires utilisant cette technique de biologie moléculaire se tiennent prêts. Les laboratoires réquisitionnés réaliseront la phase purement analytique de l’examen, sous la responsabilité d’un laboratoire de biologie médicale dans le cadre d’une convention passée avec lui.

Posté le par

Recommander cet article