Les professionnels de santé alertent sur le renoncement aux soins

Santé

Les soignants et les responsables d’associations d’usagers encouragent les personnes malades qui en ont besoin à avoir recours aux soins.

Depuis le début du confinement, les professionnels de santé constatent une diminution importante des recours aux soins en ville et en établissement. En effet, certains patients n’osent plus se rendre en établissement de santé ou appeler leur médecin, pour des motifs autres que des symptômes liés au coronavirus. « Ces renoncements aux soins peuvent engendrer de graves dommages, particulièrement pour des pathologies chroniques ou aigües », préviennent les soignants et les responsables d’associations d’usagers.

Dans un communiqué commun du 22 avril 2020, la FEHAP, la Fédération hospitalière de France (FHF), la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), France Assos Santé, Unicancer et l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS) ont donc tenu à rappeler « qu’il est essentiel de continuer à se soigner et que les autres pathologies existantes ne doivent pas être négligées ».

En cette période si particulière, les six organisations incitent les personnes malades à deux choses : rester confinées chez elles, en respectant les consignes des autorités sanitaires, et ne pas renoncer aux soins. « En cas de doute sur son état de santé, il est essentiel de continuer à contacter son médecin ou d’appeler le 15, selon la situation », insistent-elles.

L’unique préoccupation de l’ensemble des professionnels de santé, en ville ou en établissement de santé, reste la santé de tous, martèlent la FEHAP, la FHF, la FHP, France Assos Santé, Unicancer et l’UNPS. Les établissements et les professionnels de ville continuent à accueillir les patients qui en ont besoin et prennent en charge leurs pathologies chroniques ou leurs soins urgents, tous les jours, dans tous les territoires, sans exclusion financière et dans le respect des consignes de sécurité (notamment séparation stricte des flux de patients Covid et non Covid). Le recours à la téléconsultation et aux télésoins est également possible et pris en charge par l’Assurance maladie, précisent les six organisations.

Posté le par

Recommander cet article