Menu actualité

Thématiques

Déserts médicaux : nouveau cri d’alarme des maires ruraux

Publié le 30 septembre 2022 à 14h04 - par

Il manque plus de 6 000 médecins généralistes dans les bassins de vie ruraux par rapport à « l’objectif souhaitable » d’un praticien pour 1 000 habitants, selon une nouvelle étude dévoilée vendredi 30 septembre 2022 par l’Association des maires ruraux de France.

Déserts médicaux : nouveau cri d'alarme des maires ruraux

Depuis 2020, l’AMRF publie régulièrement des études d’Emmanuel Vigneron, professeur des universités à Montpellier et spécialiste de l’approche territoriale de la santé, pour illustrer le déficit d’accès aux soins en milieu rural.

La dernière étude en date prend l’exemple de la Dordogne, dans le Sud-Ouest, où l’AMRF tient son congrès annuel de vendredi 30 septembre à dimanche 2 octobre 2022 à Eymet.

Dans ce département d’environ 400 000 habitants où sont installés 305 médecins généralistes, selon les données du répertoire partagé des professionnels de santé, il en manque 122 pour atteindre, sur la totalité des 21 bassins de vie, le taux cible d’un praticien pour 1 000 habitants, la moyenne nationale étant actuellement de 0,83.

Au total en France, « si 31 % des bassins de vie urbains atteignent cet objectif de un pour mille, seuls 18 % des bassins ruraux sont suffisamment dotés », affirme l’AMRF.

Autre donnée mise en avant : la densité géographique des médecins. Dans les bassins de vie ruraux, un généraliste couvre en moyenne 30 km2, contre 5 km2 dans les bassins de vie urbains.

« La réalité de l’accessibilité à la présence médicale est donc six fois plus faible en milieu rural qu’en ville », résume l’association pour qui deux bassins de vie ruraux sur trois, dans le pays, manquent de médecins généralistes par rapport à la moyenne nationale.

Elle observe aussi des écarts importants en médecine spécialisée en comparant les Bouches-du-Rhône, département qui présente selon elle un « excédent » de 1 862 praticiens, à la Dordogne, qui affiche un manque de 194.

L’AMRF souligne que les études qu’elle a publiées depuis 2020 font aussi le « constat alarmant », dans les territoires ruraux, d’une aggravation des écarts d’espérance de vie, d’une moindre consommation de soins hospitaliers et d’un vieillissement des professionnels de santé.

« La crise sanitaire récente a mis en avant l’importance de la proximité dans l’organisation du service de santé. La démocratie sanitaire doit être refondée sur un véritable débat contradictoire afin d’offrir de nouvelles solutions aux habitants du monde rural », estime l’association.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022