« Hôpital numérique » et procédure de certification

Santé

Dans un souci de bonne organisation des soins et des équipes hospitalières, la Haute autorité de santé (HAS) et la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) viennent de décider l’intégration de certains indicateurs du programme « Hôpital numérique » dans la procédure de certification.

Vers une meilleure procédure de certification

Selon la Haute autorité de santé (HAS), la procédure de certification des établissements de santé a trois objectifs majeurs :

  1. Développer la culture de la mesure de la qualité des soins
  2. Renforcer l’effet levier sur l’amélioration de la qualité des soins
  3. Disposer de mesures factuelles de la qualité

Le recueil des données s’effectue désormais à un rythme alterné, tous les deux ans, ce qui permet aux hôpitaux d’alléger cette charge de travail supplémentaire. Supplémentaire, mais nécessaire : elle permet de garantir une certaine efficience des soins prodigués, mais aussi une bonne gestion des ressources humaines.

Jusqu’à ce jour, la certification ne prenait pas en compte l’intégralité des indicateurs du programme « Hôpital numérique ». Lancé en novembre 2011, celui-ci vise à rendre plus performants les systèmes d’informations hospitaliers (SIH), « en particulier en termes de qualité et de sécurité des soins », précise le ministère de la Santé. Il fixe des objectifs à six ans, tels que le renforcement des compétences des équipes de santé sur les aspects SIH, ou encore, la mutualisation des compétences. Pour la HAS et la DGOS, il semblait essentiel que ce programme ait entièrement sa place dans la procédure de certification.

Intégration de 27 indicateurs du programme « Hôpital numérique »

Dès le début de l’année 2012, les deux instances se sont rapprochées pour définir un calendrier permettant l’intégration de 27 indicateurs du programme dans les critères de certification. Le 21 janvier dernier, le comité de pilotage Hôpital numérique s’est réuni et a franchi la première étape de ce rapprochement, en validant cette intégration. Elle sera effective « lors des visites de certification menées dès avril 2013 et connaîtra une montée en charge progressive jusqu’en septembre prochain », précise la Haute autorité de santé dans un communiqué.

Parmi ces 27 indicateurs, figurent le respect de la confidentialité, la transmission des résultats, l’informatisation de la délivrance médicamenteuse et l’identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge. Cette validation par la HAS et la DGOS représente une grande avancée, notamment pour les personnels hospitaliers, qui pourront bénéficier de formations initiales et continues, et de réunions d’information. Également, elle leur fournira une documentation précise sur les actions correctives éventuelles à mener, en vue d’une progression.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum