La deuxième étape du 100% santé entre en vigueur

Santé

Depuis le 1er janvier 2020, tous les Français peuvent bénéficier d’une prise en charge à 100 % des lunettes et des soins dentaires.

La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé, le 30 décembre 2019, l’entrée en vigueur de la deuxième étape du 100 % santé.

Après une première étape en 2019, qui a permis de baisser le reste à charge par aide auditive de 200 euros en moyenne et des nouvelles mesures pour améliorer l’accès aux soins dentaires, « la réforme du 100 % santé continue à se déployer au bénéfice de la santé de tous », a précisé Agnès Buzyn.

Ainsi, depuis le 1er janvier 2020, tous les Français bénéficiant d’une complémentaire santé responsable ou de la complémentaire santé solidaire (CSS) peuvent bénéficier d’une prise en charge à 100 % des lunettes (montures et verres) et des soins dentaires (bridges et couronnes), mais également d’une diminution de 250 euros supplémentaire du reste à charge sur les prothèses auditives incluses dans le panier 100 % santé.

La prise en charge des lunettes

À compter du 1er janvier 2020, l’offre « 100 % Santé » optique est disponible. Dans ce cadre, changer de lunettes sur prescription médicale sera totalement remboursé, indique le ministère. L’offre « 100 % Santé » comprend, à la fois, des montures de qualité et des verres répondant à tous les besoins de correction visuelle et présentant de bonnes performances techniques (amincissement, verres anti-rayures, verres antireflets).

Chaque personne souhaitant bénéficier de l’offre assuré reste libre dans son choix et peut également « composer ses lunettes ». C’est-à-dire choisir des verres du panier « 100 % Santé », donc sans reste à charge, et une monture correspondant à ses choix esthétiques en dehors de l’offre « 100 % Santé ».

Son équipement lui sera remboursé, dans les conditions prévues par son contrat d’assurance complémentaire, dans la limite de 100 euros pour sa monture.

Depuis le 1er janvier 2020, tous les opticiens ont l’obligation de présenter un devis comportant au minimum un équipement « 100 % Santé ».

La prise en charge des actes dentaires les plus courants

Depuis ce 1er janvier 2020, huit prothèses dites « fixes » (couronnes et bridges) sont intégralement remboursées. À compter de cette date, tous les chirurgiens-dentistes conventionnés doivent systématiquement mentionner, dans leur devis, un plan de traitement « 100 % Santé », quand il existe.

Chaque patient est libre de choisir l’alternative thérapeutique qui lui convient au mieux, en ayant pris soin de voir les conditions de remboursement prévues par sa complémentaire santé pour les paniers aux tarifs maîtrisés et libres. À compter du 1er janvier 2021, 50 autres prothèses dites « fixes » et « amovibles » (dentiers) entreront dans le panier de soins sans reste à charge.

À savoir : si le chirurgien-dentiste est tenu d’informer le patient des soins proposés dans le cadre du « 100 % Santé » et/ou aux tarifs maîtrisés dans son devis, en revanche, il n’est pas dans l’obligation de réaliser lui-même ces actes. Il devra en informer son patient.

La diminution du reste à charge pour les aides auditives

La réforme 100 % Santé vise à permettre à l’ensemble des personnes malentendantes, disposant d’un contrat de complémentaire santé responsable ou bénéficiaire de la complémentaire santé solidaire, de s’équiper d’aides auditives.

À compter du 1er janvier 2020, une diminution supplémentaire de 250 euros du reste à charge (par oreille) sur les appareils « 100 % Santé » est donc appliquée. Par ailleurs, dès cette date, tous les audioprothésistes doivent obligatoirement établir et proposer un devis normé comportant à minima une offre « 100 % Santé » pour chaque oreille appareillée.

Posté le par

Recommander cet article