La santé désormais au cœur de la plate-forme État-régions

Santé

La santé fait l’objet d’un second volet du partenariat État-régions dans le cadre de leur plate-forme d’engagements réciproques.

Trois mois après la signature de la plate-forme d’engagements réciproques entre l’État et les régions en faveur de l’emploi, de l’apprentissage et du développement économique, 17 régions se sont engagées dans le plan d’urgence pour l’emploi et mettent actuellement en œuvre le plan 500 000 formations, financé à hauteur d’un milliard d’euros par l’État, s’est félicité le Premier ministre, lors du Conseil des ministres du 30 juin. Cette complémentarité se traduit également par la mise en œuvre de délégations de la coordination des acteurs publics de l’emploi dans deux régions et par l’élaboration de stratégies communes en matière de formation, d’orientations économiques et d’accompagnement vers l’emploi dans cinq régions.

Fort de ces premiers résultats, l’Association des régions de France (ARF) et le gouvernement veulent « aller plus loin. ». À cet effet, le gouvernement et l’ensemble des présidents de régions se sont réunis le 27 juin pour signer de nouveaux engagements réciproques. « Dans ce cadre, les enjeux d’aménagement du territoire et de vie quotidienne des Français que sont les transports et la santé font désormais l’objet d’un second volet du partenariat État-régions », précise le compte-rendu du Conseil des ministres.

État et régions ont, notamment, décidé de travailler main dans la main pour faire face aux enjeux de formation médicale et paramédicale, de soutien financier des étudiants et de lutte contre la désertification médicale par des incitations locales à l’installation. À ce titre, seront étudiées conjointement les possibilités suivantes :

  • L’évolution vers l’université des formations paramédicales ;
  • La modulation régionale du numerus clausus ;
  • L’harmonisation des prestations sociales des étudiants ;
  • Le besoin de déploiement d’une offre publique de formation.

Enfin, les régions vont prendre « une place plus importante » au sein des Agences régionales de santé (ARS).

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum