Prescrire plus de génériques permettrait d’économiser 500 millions d’euros

Santé

L’Assurance maladie pourrait économiser 500 millions d’euros si les médecins augmentaient la part des médicaments génériques dans leurs prescriptions, a affirmé le directeur général de l’Assurance maladie, Frédéric van Roekeghem.

« On délivre 82 % des médicaments (génériques, en pharmacie) mais on ne prescrit qu’à hauteur de 40 % le médicament générique lorsque c’est possible. Passer de 40 % à 60 % permet de gagner 500 millions d’euros », a-t-il déclaré sur RTL jeudi 3 juillet. Un rapport de l’Assurance maladie rendu public la semaine dernière liste plusieurs propositions d’économies à hauteur de 2,9 milliards d’euros pour 2015. Parmi elles, une amélioration des prescriptions des médecins, pour 700 millions d’euros. « Un petit effort des médecins à mieux prescrire le médicament, moins d’antibiotiques, plus de médicaments génériques lorsque c’est possible, nous permettrait tout à fait de dégager des marges de manœuvre sans dérembourser les patients et d’introduire les innovations », a ajouté M. van Roekeghem. « Sur les antibiotiques, nous avons fait de gros progrès en France dans les années 2000, mais nous prescrivons encore 30 % de plus d’antibiotiques que l’Espagne, 40 % de plus que l’Allemagne », a-t-il expliqué.

« La deuxième chose, c’est que nous utilisons beaucoup moins que les autres pays le médicament générique » et « il y a encore des efforts à faire », a encore souligné le directeur de l’Assurance maladie.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum