Signature de la nouvelle convention médicale

Santé

L’Assurance maladie et les représentants des médecins libéraux ont signé la convention médicale pour les 5 ans à venir.

L’Assurance maladie et les représentants des médecins libéraux ont signé, le 25 août, la nouvelle convention qui régira leurs relations pendant les cinq prochaines années. Pour la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, il s’agit d’une « grande avancée pour les médecins et pour les patients. ». Au total, près de 1,3 milliard d’euros supplémentaires seront investis, chaque année, dans la médecine libérale par l’Assurance maladie et les complémentaires santé. « Cet effort sans précédent décidé par le gouvernement marque la reconnaissance de la médecine de ville et, en particulier, de la médecine générale, dans la prise en charge de nos concitoyens », se félicite le ministère.

En encourageant le développement d’une médecine de proximité, cette nouvelle convention va permettre d’amplifier le virage ambulatoire de notre système de soins, explique Marisol Touraine. Ce texte prévoit, notamment, la revalorisation de la consultation de référence à 25 euros chez le généraliste, à compter du 1er mai 2017. Au-delà de cette mesure, cette convention contient de nombreuses mesures visant à améliorer l’accès à des soins de qualité pour tous, dans le prolongement de la loi de modernisation de notre système de santé :

  • Différents niveaux de consultations (25, 30, 46 et 60 euros) ont ainsi été définis pour permettre aux médecins d’adapter la durée de leur consultation aux besoins des patients en fonction de la complexité de leur situation médicale (enfants, malades chroniques, personnes âgées) ;
  • Un nouveau forfait permettra de mieux prendre en compte les caractéristiques des patients (âge, pathologie…) pour renforcer le suivi au long cours par leur médecin traitant ;
  • Pour renforcer l’accès à des soins rapides, la convention incite financièrement les praticiens à prendre en charge sous 48 heures un patient adressé par un de leur confrère ;
  • La nouvelle convention va permettre de renforcer la lutte contre les déserts médicaux, en instaurant une aide, pouvant aller jusqu’à 50 000 euros, pour les professionnels qui décideraient de s’installer dans ces zones ;
  • Grâce au renforcement de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP), les médecins pourront davantage se consacrer à la prévention (risques liés à la consommation de tabac et d’alcool, par exemple) ;
  • Des aides permettront enfin aux cabinets médicaux de poursuivre leur informatisation et d’alléger leurs tâches administratives. Les praticiens seront ainsi accompagnés financièrement dans la mise à jour des logiciels compatibles avec l’automatisation du tiers-payant généralisé, ce qui facilitera la mise en place de cette mesure prévue par la loi de modernisation du système de santé.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum