Le Ban Saint-Martin crée un nouveau centre-ville

Urbanisme

Amphithéâtre de plein air et espace de circulation, une vaste terrasse en bois, reliée à un parc, donne à la commune l’identité urbaine qui lui manquait. Un espace inondable qui sécurise cette zone à risque.

Jusqu’à présent, le Ban Saint-Martin (Moselle, 4 345 habitants) ne disposait pas d’un véritable cœur de ville, regroupant clairement bâtiments administratifs, commerces et lieux de culte. Dans cette commune située à 3 km de Metz, l’urbanisme présente un visage hétérogène et la périphérie s’est imposée au détriment du centre-ville. Elle souffre également de fréquentes inondations : l’aléa orange du plan de prévention des risques inondations (PPRI) représente plus de 80 % du territoire.

Depuis une vingtaine d’années, la commune s’attache à renforcer son identité, pour éviter de devenir une « ville-dortoir » de Metz. L’acquisition par la mairie d’une ancienne friche militaire, en plein centre géographique de la ville, a offert aux élus l’opportunité de lancer un grand projet d’aménagement, avec l’aide de l’agence d’urbanisme Babylone : création d’un nouveau quartier de centre-ville qui accueillera notamment la mairie et d’un parc urbain et de loisirs d’une dizaine d’hectares.

Monument urbain

Ce nouvel espace est ancré autour d’une vaste terrasse (en chêne issu de la filière régionale, y compris pour les fondations), sorte de « monument urbain » aux multiples fonctions : parvis, escalier, rampe pour personnes à mobilité réduite (PMR), gradins, scène de spectacle… En période d’inondation, l’ouvrage en bois, surélevé et submersible, permet de circuler en toute sécurité, à sec. En effet, il sert aussi d’espace de jonction entre le sol et les rez-de-chaussée des bâtiments, impérativement situés au-dessus de la cote de constructibilité (1,71 mètre au-dessus du terrain naturel). En cas de crue, l’eau peut passer et s’évacuer sans que la terrasse ne crée une barrière.

Afin qu’elle devienne rapidement un lieu de vie, cette structure a été construite préalablement aux bâtiments qui s’articuleront autour de la place : logements, équipements publics, commerces… La nuit, elle s’éclaire par l’intérieur.

Les nouveaux îlots de bâtiments (label « Effinergie ») seront directement rattachés à la rampe PMR et disposeront d’un jardin intérieur boisé, également apte à recevoir les crues. Un cours urbain relie le nouveau quartier à l’église et au parc attenant, rythmé par l’eau qui l’inonde régulièrement : étang, marais, roselière, prairie humide… Des pontons en bois facilitent la circulation dans ces différents milieux.

La population s’est approprié la place, où sont régulièrement organisés des concerts, des fêtes, et que les enfants ont adoptée comme espace de jeux. Ce projet a séduit le jury du 19e Festival Fimbacte, qui lui a attribué le « grand prix » du cadre de vie, le 13 octobre 2014.

 

Martine Courgnaud – Del Ry

 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum