La mairie de Paris lance lundi un « appel à projets urbains innovants »

Urbanisme

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) lancera lundi 3 novembre en présence de 200 architectes et promoteurs un « appel à projets urbains innovants », qui donnera « l’opportunité à tous les créateurs de réinventer Paris », en imaginant l’aménagement de 23 sites parisiens.

« C’est la première fois qu’un concours d’urbanisme de cette ampleur affiche pour premier critère l’innovation », explique la mairie.

Les 23 sites, dont la liste complète sera dévoilée lundi, vont du terrain nu à l’hôtel particulier du XVIe siècle, en passant par la friche industrielle ou l’immeuble-pont enjambant le périphérique.

Parmi ces 23 sites, qui totalisent 150 000 mètres carrés constructibles : l’immeuble Morland (40 000 m2), situé en bord de Seine, et le Triangle Éole-Evangile (30 000 m2).

Tous ces terrains appartient à la ville, à des bailleurs sociaux ou à des sociétés d’économie mixtes, afin de pouvoir lancer rapidement les opérations, et de les voir naître avant la fin de la mandature (2020).

La mairie attend des candidats qui répondront à l’appel à projets des « innovations architecturales en matière de construction, de résilience et d’économies d’énergies, afin de créer les nouveaux lieux-manifestes de la capitale écologique », mais pas seulement. Il s’agira aussi pour les candidats de se montrer innovants « dans la conception et la programmation des différents projets », en imaginant par exemple des « immeubles pluriels, mutables, qui intègrent la modularité dès la conception », ou des immeubles « mutualisables » autorisant des usages différents selon le moment de la journée.

Les projets seront également appelés à refléter et anticiper les nouveaux modes de vie urbains (nouvelles manières de travailler, de consommer…), et à investir des lieux jusqu’à présent délaissés (toits, sous-sols, périphérique…).

L’appel à projets se déroulera en trois phases : une première au cours de laquelle les candidats se feront connaître, débouchant en février sur la sélection des consortiums les plus sérieux ; puis l’élaboration des pré-projets, avec l’établissement en juillet d’une « short list » des meilleurs ; enfin la sélection en décembre par un jury des lauréats.

Pour chaque opération, les demandes de la mairie en terme de programmation (logements, bureaux, équipements publics…) sont délibérément assez peu précises, de manière à « laisser toutes les idées s’épanouir », a expliqué à l’AFP l’adjoint à l’urbanisme Jean-Louis Missika.

Au total, la ville pense pouvoir créer quelque 500 à 600 logements sur les 23 sites.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum