Fonction publique : la CFDT maintient son appel à la grève pour mardi

Dialogue social

La CFDT de la fonction publique a annoncé vendredi 18 mars qu’elle maintenait son appel à la grève pour mardi, lancé avant le rendez-vous salarial de jeudi avec le gouvernement, jugeant que la revalorisation annoncée de 1,2 % du point d’indice en deux fois n’était « pas suffisante ».

Elle rejoint ainsi la FSU qui a maintenu un appel à la mobilisation pour mardi, « selon des modalités diversifiées », pour « exiger des mesures de rattrapage » après six ans de gel du point d’indice.

« Le dégel enfin ! Mais la CFDT attendait mieux de la revalorisation », indique dans un communiqué l’Uffa-CFDT, deuxième force syndicale dans la fonction publique, qui « exige » aussi une « politique salariale annuelle et obligatoirement négociée ».

« La question salariale n’est pas le seul problème », poursuit le syndicat, qui veut défendre la « qualité » du service public dans « un contexte qui mêle conditions de travail dégradées, précarisation de l’emploi et carences du dialogue social ».

La CFDT demande l’ouverture de négociations sur « chacun de ces sujets » et appelle les agents à se « mobiliser à l’occasion de la journée de grève et d’actions » de mardi.

La Fep-CFDT (enseignants du privé sous contrat avec les ministères de l’Éducation et de l’Agriculture) a aussi appelé à la mobilisation mardi, « y compris par la grève ».

Jeudi, Brigitte Jumel, secrétaire générale de l’Uffa-CFDT, avait déjà jugé « insuffisant » le geste du gouvernement (0,6 % de hausse du point d’indice au 1er juillet et 0,6 % au 1er février 2017). Avoir « 1 % dès maintenant nous aurait plutôt convenu », avait-elle ajouté.

Face aux critiques des syndicats, la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, a défendu vendredi sur TV5 Monde l’« effort important » du gouvernement qui, avec d’autres mesures, constitue une « vraie reconnaissance » des fonctionnaires.

Elle a aussi indiqué qu’un nouveau rendez-vous salarial serait programmé en 2017.

Jugeant également insuffisante la revalorisation annoncée, les autres syndicats appellent à la mobilisation en ordre dispersé. Pour la CGT, ce sont des « initiatives revendicatives » de lundi à vendredi, tandis que FO a retenu le 31 mars, Solidaires les 24 et 31 mars.

De son côté, l’Unsa a levé son préavis de grève pour mardi. Quant à la CFTC, elle décidera « dans les prochains jours des éventuelles actions à mener ».

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum