La dématérialisation, toujours peu utilisée par les petites communes

Administration

Malgré la volonté des agents et des élus, les chantiers de dématérialisation avancent difficilement, surtout dans les petites communes rurales. Mais l’usage des tablettes progresse.

« Les petites mairies, en particulier celles de moins de 1 000 habitants, ne bénéficient pas de conditions suffisantes pour aborder sereinement les projets de dématérialisation », estime JVS Mairistem, qui délivre les résultats d’une enquête, menée en septembre 2014 auprès de 759 communes de moins de 10 000 habitants.

Ainsi, les deux tiers des communes de moins de 1 000 habitants n’ont toujours pas de site internet et plus de sept sur dix pas d’adresses mail professionnelles. En matière d’équipement et de connexion haut débit, les petites communes subissent les contraintes budgétaires et les désagréments des territoires ruraux : moins d’une commune inférieure à 1 000 habitants sur deux (46 %) disposent d’un accès à internet haut débit et 67 % d’un accès Wifi à la mairie ; 69 % n’ont pas de serveur informatique.

Lorsque la taille de la commune augmente, les usages mobiles professionnels des agents et des élus deviennent plus fréquents. Plus d’un tiers (34 %) des agents des communes de 3 500 à 10 000 habitants utilisent un téléphone portable ou une tablette ; ils sont moins d’un sur cinq dans les villes de  1 000 à 3 500 habitants et seulement 7 % dans les communes de moins de 1 000 habitants. En revanche, les élus sont de plus en plus équipés de tablettes : près de trois sur dix dans les communes de moins de 1 000 habitants et près de sept sur dix dans celles de 3 500 à 10 000 habitants.

Peu de collectivités (ville ou communauté) disposent d’un élu chargé du numérique : 19 % chez les moins de 1 000 habitants, 27 % entre 1 000 et 3 500 habitants, et 44 % de 3 500 à 10 000 habitants. Parmi ces dernières, seules un tiers ont un service informatique et une sur cinq un service de relation citoyen. Il est notable en revanche que plus de huit communes sur dix, entre 3 500 et 10 000 habitants, travaillent de manière collaborative.

Quant aux projets de dématérialisation, ils sont perçus comme une opportunité par 35 % (moins de 1 000 habitants), 42 % (de 1 000 à 3 500 habitants) et 59 % (de 3 500 à 10 000 habitants) des répondants.

Ils y voient plusieurs avantages : gain pour l’environnement (60 %), gain de temps (48 %), évolution du métier (38 %), gain financier (36 %). Mais plusieurs freins les empêchent de se lancer : manque de temps (38 %), contraintes matérielles (36 %), manque d’information ou d’accompagnement (35 %) et contraintes logicielles (27 %).

 

Marie Gasnier

 

Les projets de dématérialisation comptable (Helios et Xemelios) sont utilisés respectivement par 58 % et 39 % des communes de moins de 10 000 habitants, et la dématérialisation des données sociales (N4DS) par 44 %.

Posté le par Marie Gasnier

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum