Le gouvernement incite l’administration à expérimenter l’intelligence artificielle

Administration

Le gouvernement souhaite moderniser l’administration par le biais de l’intelligence artificielle. Grâce à une enveloppe de 4 millions d’euros, douze projets bénéficieront d’un accompagnement technique (réalisation d’un prototype), stratégique ou scientifique. Les candidatures doivent être déposées avant le 31 mai 2019.

Algorithmes, méthodes automatiques de reconnaissance, traitement automatique de langage naturel… : les administrations sont incitées à expérimenter les techniques d’intelligence artificielle (IA). Dans cette optique, la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (Dinsic) et la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) ont lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI) le 2 avril 2019. Doté de 4 millions d’euros, il vise à encourager les administrations à se transformer, en abordant leur métiers sous un autre angle. L’AMI est ouvert jusqu’au 31 mai, 23h59, heure de Paris.

Entre l’automne 2019 et l’automne 2020, les lauréats bénéficieront d’un accompagnement technique, piloté par la Dinsic, pour développer un prototype fonctionnel et d’un accompagnement stratégique, piloté par la DITP, pour appréhender la transformation du métier associée aux technologies d’IA : diagnostic des impacts sur les missions des agents, les processus, l’organisation, puis accompagnement au changement et évaluation. Les projets « techniquement les plus exploratoires » pourront également disposer d’un accompagnement scientifique, par le biais d’un partenariat avec un institut de recherche ou une entreprise innovante. Un cycle d’ateliers sera également proposé aux lauréats.

Le jury évaluera les projets en fonction de plusieurs critères : impact et bénéfices potentiels pour l’administration lauréate et ses usagers, pertinence de l’IA comme solution et du défi technique, composition de l’équipe d’agents impliqués dans le projet, existence et accessibilité des données nécessaires, intérêt de l’expérimentation pour des enseignements qui dépassent le seul projet, valeur ajoutée de l’accompagnement Dinsic/DITP pour la réalisation du projet.

L’AMI s’inscrit dans le cadre des actions portées par le Lab IA, structure interministérielle pilotée par la Dinsic, créée dans le contexte de la stratégie nationale en intelligence artificielle.

Marie Gasnier

 

Un premier AMI, lancé en juin 2018, a suscité cinquante-deux candidatures et permis de sélectionner six projets dans l’environnement, la santé, le social et la sûreté nucléaire :

  • agent vocal conversationnel (voice-bot) pour répondre aux interrogations des utilisateurs du chèque emploi associatif (Acoss)
  • mieux orienter les contrôles de la police de l’environnement (Agence française pour la biodiversité)
  • mieux exploiter les données contenues dans les lettres de suite d’inspection (Autorité de sûreté nucléaire)
  • optimiser la préparation des réunions de concertation pluridisciplinaire pour les traitements post-opératoires du cancer du poumon (CHU de Toulouse)
  • détecter automatiquement les occupations des sols irrégulières à partir d’images aériennes et satellites (direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) de l’Hérault)
  • affiner le ciblage des établissements à inspecter dans le secteur de la remise directe aux consommateurs (restaurants, métiers de bouche, distributeurs), grâce aux commentaires des consommateurs sur les sites d’avis en ligne (direction générale de l’alimentation).

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum