Signature d’un accord de relance avec la collectivité territoriale de Guyane

Administration

Adaptation des infrastructures au développement démographique, accompagnement de la transition écologique des entreprises et lutte contre la précarité font partie des priorités de la déclinaison en Guyane du plan de relance dédié aux Outre-mer, selon un accord signé lundi 15 mars 2021 à Paris.

« L’État et la collectivité territoriale de Guyane ont décidé de conclure un accord régional de relance pour la période 2021-2022 visant à mobiliser, à parité dans un effort conjoint, 250 millions de crédit supplémentaires », a indiqué dans un communiqué le ministère des Outre-mer.

Le Covid « ça réveille des fragilités structurelles ou autre, on le voit bien sur le sanitaire (…) les besoins d’infrastructures aussi se font sentir » en Guyane, a expliqué le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu à l’issue de la signature.

L’exécution du plan « doit se traduire en création d’emploi, en créations de richesses. Sur l’agriculture, sur les travaux publics, je forme beaucoup d’espoirs sur la création d’emploi », a-t-il ajouté.

La déclinaison Outre-mer du plan de relance représente 1,5 milliard d’euros, sur les 100 milliards du plan.

Pour mettre en œuvre cet accord de relance, 125 millions seront apportés par l’État, et environ 125 millions par la collectivité territoriale de Guyane via des fonds européens, souligne le texte.

« On est presque au niveau de ce pour quoi on s’était battu lors des événements de 2017 », a commenté le sénateur RDPI de Guyane Georges Patient, après la signature.

Le plan me « satisfait tel qu’il est, l’aspect territorial surtout, mais il faut que les Guyanais y trouvent des solutions à leurs attentes », a-t-il poursuivi soulignant que si en métropole on parle d’un plan de redémarrage de l’activité « en Guyane on devrait plutôt parler de démarrage ».

Des travaux d’infrastructures stratégiques sont en effet prévus dans ce plan : le renforcement des berges du marché municipal de Grand-Santi sur le fleuve Maroni, la création d’un réseau public d’assainissement dans le village amérindien de Balaté, ou encore l’aménagement de la liaison routière Maripasoula-Papaïchton, bourgs aujourd’hui uniquement accessibles par voie fluviale ou aérienne.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article