Sapeo, fournisseur de solutions e-commerce pour les prestataires d’aide à la personne

Aide à domicile

En cours de création, la société Sapeo propose aux prestataires de service d’aide à la personne des sites internet permettant de dématérialiser voire d’automatiser toute une partie de leurs activités administratives, et ainsi de dégager du temps pour leur cœur d’activité.

Tout commence fin 2010, avec la faillite de France Domicile, société d’aide à domicile qui avait pris le pari de passer par le web pour vendre ses services. « On avait des résultats, mais en volumes trop limités par rapport aux investissements » explique Emmanuel Vial, ancien de la boîte et cofondateur de Sapeo, (presque) née des cendres de France Domicile. « On s’est dit, qu’est-ce qu’on peut retirer de cette expérience ? Aujourd’hui, le secteur de l’aide à la personne utilise assez peu les nouvelles technologies, alors qu’elles peuvent lui être très utiles. Donc depuis janvier, on développe ce projet ». Pour l’instant, Sapeo n’est qu’un discret site internet, la société n’étant pas encore sur pied. L’idée, c’est de produire et vendre pour les prestataires, de façon industrielle voire en sur mesures, des sites web proposant l’essentiel des outils utilisés par les prestataires. « Que ce soit la commande, le paiement en ligne, la télégestion en temps réel, la création par les utilisateurs de comptes clients, regroupant toutes leurs informations, etc » poursuit-il, affirmant que Sapeo est déjà en discussion avec deux clients potentiels pour septembre. « L’idée, c’est d’industrialiser les solutions. La difficulté, c’est que pour un produit à forte valeur ajoutée, incluant une automatisation des tâches, il faut être interfacé avec les outils de gestion des prestataires, or, ils n’utilisent pas tous les mêmes ».

Un marché à conquérir… et à convaincre

Aujourd’hui, peu de prestataires utilisent les ressources du web car peu sont à l’aise avec. « C’est un secteur récent, donc pas encore tout à fait mâture, et très accès sur le relationnel, l’humain. Les technologies font donc un peu peur, peur de perdre ces relations privilégiés » explique-t-il. La cible de Sapeo, c’est bien sûr les associations et entreprises du secteur, celles d’une certaine taille, capable d’investir dans un produit cher, mais rentable, affirme-t-il. « D’autant plus que les associations sont soumises aux décisions politiques. Nos produits peuvent justement leur permettre d’améliorer leur marge, leur rentabilité, et de proposer plus de services, en consacrant moins de temps aux tâches administratives », conclut-il. Sapeo, pas encore sur le marché, a déjà ses arguments.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum