Une indemnisation du congé aidant familial insuffisante, selon Adessadomicile et l’AFA

Aide à domicile

Les deux associations rappellent aux pouvoirs publics que le rôle des proches aidants est complémentaire de celui des aidants professionnels.

Le gouvernement a annoncé, le 13 septembre 2019, que le montant de l’indemnité du congé pour les proches aidants s’élèverait à 40 euros par jour. « Si les modalités de mise en application restent à préciser, cette annonce va dans le bon sens pour soutenir les personnes qui doivent accompagner un proche en perte d’autonomie », ont réagi de concert, le 19 septembre, la Fédération nationale Adessadomicile et l’Association Française des aidants (AFA). Les deux associations rappellent que, bien souvent, les aidants décèdent avant les personnes qu’elles accompagnent, en raison notamment d’un épuisement physique et psychologique lié à la difficulté de cumuler vie professionnelle et rôle d’aidant. De fait, la moitié (48 %) des aidants déclarent avoir une maladie chronique ; près d’un tiers (29 %) se sentir anxieux ou stressés.

Cette avancée consacre également la reconnaissance de l’aidant au sein des entreprises « en rendant visible leur engagement invisible », se félicitent Adessadomicile et l’AFA. Enfin, cette annonce représente « un soulagement pour les personnes aidées qui pourront être mieux accompagnées par leurs proches ».

Partenaires depuis plusieurs années, Adessadomicile et l’Association Française des aidants participent à maintenir le lien entre les proches aidants et les aidants professionnels, en mettant en place des formations dédiées à l’accompagnement et à l’organisation de café des aidants. Les deux associations tiennent, toutefois, à rappeler que « le rôle des proches aidants est complémentaire de celui des aidants professionnels et ne peut se substituer à ces derniers. En effet, les liens et la bonne volonté des proches aidant ne sont pas suffisants pour la dispense de nombreux actes qui nécessitent une vraie technicité. »

Alors que la loi grand âge et autonomie est en préparation, le gouvernement « devra se souvenir que le problème de la dépendance ne sera pas réglé avec cette aide légitime en faveur des aidants, mais largement insuffisante au regard des besoins et des attentes des personnes en perte d’autonomie et ceux qui les accompagnent, qu’ils soient professionnels ou issus du cercle familial », concluent Adessadomicile et l’AFA.

Posté le par

Recommander cet article