L’accompagnement des élus sera indispensable au développement des « smart grids »

Développement durable

Les réseaux électriques intelligents apporteront aux territoires des services innovants, moins consommateurs d’énergie, dans le respect du développement durable. Il faudra toutefois que les élus améliorent leurs connaissances (énergie, big data…) pour mieux appréhender ces nouveaux environnements complexes.

Cet article fait partie du dossier :

La Loi de transition énergétique Voir le dossier

Pendant quatre ans, plusieurs quartiers de Grenoble et de Lyon ont testé le projet de réseau électrique intelligent (« smart grid ») GreenLys. Les smart grids visent à mieux intégrer les énergies renouvelables et les véhicules électriques, et à réduire les gaz à effet de serre, tout en équilibrant en temps réel la production et la consommation électriques.

GreenLys* a ainsi pu expérimenter l’injection dans le réseau d’énergies renouvelables (solaire, cogénération), l’effacement volontaire de consommation (report pendant une à deux heures de l’utilisation d’un appareil électrique), les compteurs communicants Linky… L’observation de quatre cents testeurs individuels volontaires et de quatre sites tertiaires a également permis de préfigurer certains des futurs usages.

Première « brique » de ce projet, le compteur communicant Linky, grâce auquel le distributeur d’énergie peut observer le réseau, notamment sa flexibilité et sa capacité à intégrer des énergies renouvelables, a expliqué Antoine Lançon, de la direction technique, projet smart grids d’Enedis, lors d’un débat organisé par la FNCCR et l’AARHSE, le 13 décembre.

En effet, les smart grids génèrent une accumulation de données (big data). Des algorithmes les analyseront pour déterminer où délivrer de nouveaux services et lesquels. Ainsi, la quasi-totalité de ceux que propose aujourd’hui GreenLys n’avaient pas été anticipés avant le lancement du projet. À terme, ces retours d’information ne seront plus exclusivement adressés aux distributeurs d’énergie, mais aussi aux collectivités et aux usagers, selon Eymeric Lefort, directeur de la mission énergie du Grand Lyon. En effet, ils ne disposent pour le moment que d’indications en kWh, peu parlantes…

Cette masse de données peut aussi effrayer les élus, qui souvent ne comprennent pas la finalité des réseaux intelligents. À Lyon, l’Agence locale de l’énergie, chargée d’accompagner la transition énergétique sur le territoire, assure une mission pédagogique : utilité des smart grids et de l’analyse des données, cadre juridique du partage de données… Étudier les données indiquera aux collectivités où elles ont intérêt à investir, comment bâtir leur schéma énergétique ou lancer des actions ponctuelles auprès de certains usagers : personnes âgées, étudiants, publics en précarité énergétique…

Il conviendra également d’apprendre aux consommateurs les enjeux énergétiques et la maîtrise de la consommation. Les testeurs étaient nombreux à reporter leur consommation après la période d’effacement volontaire (« effet rebond ») ou encore se chauffaient avant (« effet rebond préventif »), annulant ainsi les économies d’énergie.

Ce sont les usagers qui payeront le coût de développement de ces réseaux, a déploré Françoise Thiébault, du Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal) et membre du Conseil supérieur de l’énergie. Les économies réalisées grâce à la meilleure gestion de l’énergie équilibreront-elles les augmentations de leur facture ? Comme pour les produits bio, les consommateurs seront amenés à payer plus cher pour mieux consommer.

 

Martine Courgnaud – Del Ry

 

* L’opération associe de nombreux partenaires : Ademe, Atos, CEA, Engie, INP Grenoble, Schneider Electric, RTE…
– Stéphane Labranche, Sociologue, Chercheur associé PACTE, CNRS ;
– Antoine Lancon, Direction technique, projet smart grids, ENEDIS;
– Chella Denizot, responsable Projets smart énergie et réseaux de Gaz électricité de Grenoble (GEG)

(transport, énergie, santé)

Des sociologues ont mesuré les attentes et réactions des utilisateurs grâce à la coopération de quatre cents expérimentateurs résidentiels.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum