Micro-forêts, haie bocagère : Bordeaux et sa métropole lancent leurs « plans végétalisation »

Développement durable

La ville de Bordeaux, quelques jours après sa métropole, a présenté mercredi 25 novembre 2020 son plan de végétalisation, davantage une « stratégie » qu’un « inventaire » spectaculaire, selon le maire écologiste de Bordeaux Pierre Hurmic qui entend « changer l’image d’une ville extrêmement minérale ».

« Partout où on pourra planter, quitte à casser du bitume, quitte à supprimer des places de stationnement, nous le ferons en concertation avec les riverains », a affirmé à la presse M. Hurmic, résolu à « déminéraliser la ville, désartificialiser les sols » et convaincu que « cela répond à une demande des habitants, plus en avance que certains élus ».

Parmi les initiatives, la création de « micro-forêts » sur des places ou placettes aujourd’hui bitumées – une première, de 240 m2, devrait voir le jour cet hiver dans un quartier sud, quatre autres dans l’année.

Ces micro-forêts, très denses, empruntent à la méthode de reforestation dite « naturelle » du botaniste japonais Akira Miyawaki. Autonomes après quelques années, elles peuvent, selon le maire, « dans le cas d’une forêt de 100 m2 faire baisser la température ambiante de 1 degré dans un rayon de 100 mètres ».

Le plan « Bordeaux Grandeur Nature » prévoit aussi, dans sa « Saison 1 », de tripler à 300 000 euros le budget consacré aux plantations (1 600 sur 2020-2021), dont une centaine d’arbres « nourriciers » (fruitiers), d’associer étroitement les habitants via des « permis de végétaliser » l’espace public.

Assumant l’absence d’annonce à grande échelle, M. Hurmic a assuré ne pas vouloir « un inventaire : tant d’arbres ici, tant d’arbres là », mais une « stratégie globale », dont « l’engagement » est qu’en fin de mandat, « pas un Bordelais ne soit à plus de 10 minutes à pied d’un espace vert de proximité ».

Il a souligné que le plan végétalisation est associé à celui de la métropole de Bordeaux, aux « problématiques différentes », s’agissant d’un ensemble de 28 communes et près de 800 000 habitants.

La métropole, présidée par le PS Alain Anziani, a lancé lundi 23 novembre 2020 sa propre opération de végétalisation, d’ampleur, baptisée « Objectif un million d’arbres », qui vise à augmenter de 20 % le patrimoine arboré de l’agglomération d’ici 10 ans.

L’opération, dotée initialement de 2 millions d’euros, s’appuiera sur l’aménagement d’espaces publics, mais entend aussi associer le privé (entreprises, particuliers).

Elle a symboliquement démarré avec la plantation des premiers de quelque 30 000 arbres prévus sur une longue avenue proche de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, prémice d’une haie bocagère de 3 km à terme, là encore selon la méthode Miyawaki.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

Posté le par

Recommander cet article