Un fonctionnaire en congé maladie peut-il siéger en qualité de titulaire au sein d'organismes paritaires ?

Dialogue social

La question écrite n° 04707 du 26 avril 2018 est relative à la possibilité, pour un fonctionnaire territorial en situation de congé maladie, de siéger en qualité de titulaire au sein d’organismes paritaires.

L’état de santé d’un fonctionnaire territorial, détenteur d’un mandat syndical, peut amener celui-ci à demander le bénéfice d’un congé de maladie dans les conditions précisées par le décret n° 87-602 du 30 juillet 1987. Une distinction est alors faite selon la nature du congé de maladie dont bénéficie l’agent. En congé de maladie ordinaire, le mandat du fonctionnaire territorial, représentant du personnel titulaire, n’est pas suspendu durant cette période. En revanche, dès lors que la maladie à l’origine du congé l’empêche d’exercer ses fonctions, l’exercice de toute activité durant ce congé, et notamment celle de siéger aux instances paritaires, est subordonné à une autorisation médicale. Sans autorisation, l’agent concerné doit se faire remplacer par un suppléant élu ou désigné par l’organisation syndicale.

 

Texte de référence : Question écrite n° 04707 de M. Jean Louis Masson (Moselle – NI) du 26 avril 2018, Réponse du ministère de l’Intérieur publiée dans le JO Sénat du 19 juillet 2018

L'analyse des spécialistes

  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020 Élus

    La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020

    18/06/20
    La loi du 23 mars 2020 a maintenu le premier tour du 15 mars 2020 et reporté le second tour des élections municipales. Dans une décision n° 2020-849 QPC du 17 juin 2020 M. Daniel D. et autres, le Conseil constitutionnel a jugé que cette loi est conforme à la Constitution1.
  • Tous les articles juridiques