Exit les ABCD de l’égalité

Éducation

Alors que le rapport de l’inspection générale sur l’expérimentation des « ABCD de l’égalité » appelle de ses vœux une vigilance et une bienveillance permanentes sur la question de l’égalité, Benoît Hamon a annoncé la mort des ABCD. À ses détracteurs, il répond que c’est pour mieux rebondir sur un projet plus ambitieux de formation. Qu’en est-il vraiment ?

La loi du 8 juillet 2013 dite de refondation a réaffirmé la nécessité de la transmission, à l’École, des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes. L’année 2013-2014 s’est même vu consacrer « Année de l’égalité à l’école »

Historique

En septembre 2012, Vincent Peillon annonce la mise en place d’un module obligatoire sur l’égalité garçons-filles dans la formation de tous les personnels enseignants et de l’encadrement.

Dans le cadre de la convention interministérielle « pour une plus grande mixité des filières » de janvier 2013, engagement a été pris d’ « intégrer des actions de formations à l’égalité et à la déconstruction des stéréotypes sexistes » dans le cahier des charges de la formation des personnels enseignants, d’éducation et d’orientation, ainsi que dans leur formation continue.

Octobre 2013 : lancement du dispositif expérimental des « ABCD de l’égalité » dans 10 académies volontaires, programme visant à transmettre, dès le plus jeune âge, une culture de l’égalité et du respect entre les filles et les garçons en agissant sur les pratiques des acteurs de l’éducation et sur les préjugés des élèves.

2014 a été le théâtre de polémiques parfois violentes pour forcer le gouvernement à reculer sur ce dispositif voire à l’abandonner complètement. En juin, Benoît Hamon annonce la fin de l’expérimentation mais présente, en remplacement, un « plan d’action pour l’égalité entre les filles et les garçons à l’école ».

Le nouveau projet

Une formation initiale « avec des modules prêts à l’emploi », dans le cadre du tronc commun de formation des enseignants dans les Espé, mais aussi dans celui de la formation initiale des futurs cadres, chefs d’établissements, IEN et IA-IPR doit voir le jour. En complément, la thématique de l’égalité filles-garçons devra être inscrite dans les projets d’école et d’établissement. Dès la rentrée prochaine, une mallette pédagogique sera mise à disposition des enseignants, regroupant des ressources et des nouveaux outils (« rénovés et simplifiés ») pour les aider.

Si les opposants de la première heure se sont réjouis publiquement de la fin des ABCD, ils ont peu commenté la mesure de remplacement. Pourtant le gouvernement s’est évertué à communiquer sur sa fermeté à poursuivre le combat de l’égalité, même sous une autre appellation. À l’inverse, plusieurs syndicats et mouvements associatifs se sont vivement émus de ce qu’ils estiment une capitulation politique.

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum