Formation continue des enseignants : quelles évolutions ?

Éducation

Dans un rapport daté de février 2013 et publié le 25 juillet, l’Inspection générale (IG) se livre à un bilan de la formation continue des enseignants. Elle fait des préconisations pour améliorer le dispositif dont celle de recentrer le dispositif sur les académies, même pour les enseignants du 1er degré.

Ce rapport reprend en grande partie les éléments du rapport 2010, publié en juin 2012. Au vu de sa diffusion tardive et malgré une circulaire de la Dgesco à ce sujet, aucune action n’avait réellement pu être engagée depuis. L’état des lieux que la mission a effectué « confirme que la situation n’a guère changé depuis les observations faites en 2009-2010 ».

Un problème budgétaire

Dans son rapport de 2010, la mission avait constaté que les moyens avaient été « sensiblement réduits sur la période analysée », notamment dans l’enseignement secondaire où les dépenses de fonctionnement le concernant étant passées de 35 M€ en 2001 à 21 M€ en 2008. Nonobstant le manque de moyens, l’IG note que, dans les académies, les crédits dédiés à la formation continue « avaient régulièrement pour partie un autre usage que le financement de la formation continue ». L’IG reconnaît qu’il n’y a pas beaucoup de solutions aux problèmes GRH posés par la formation continue, « compte tenu des contraintes financières ».

Des difficultés à organiser des formations 1er et 2nd degrés

L’IG constate « la persistance des difficultés » à mettre en œuvre des formations communes aux professeurs des deux degrés, ce qui constitue des freins réels à l’instauration durable d’une réelle cohérence éducative et pédagogique entre le primaire et le collège. Plus près du terrain, il faudrait repérer et définir les besoins en formation (EPLE et circonscriptions), les corps d’inspection ayant là un rôle « de conseil et d’orientation ».

Les recommandations de l’IG

Elle invite à un pilotage académique de la formation continue des enseignants, structuré au sein d’un organisme placé au sein de la DRH académique.

Elle encourage les enseignants à s’autoformer via des formations sur site (formations de proximité) et des formations hors temps scolaire, ces dernières pouvant faire l’objet d’une indemnisation. Elles invitent aussi l’institution à organiser des « formations à distance » ou hybride (distanciel et présentiel).

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum