Informatique et sciences du numérique : un enseignement optionnel en terminale S

Éducation

Le ministre de l’Éducation nationale a annoncé, en décembre 2009, les grands axes de la réforme du lycée. Parmi les mesures proposées, la série S devrait s’enrichir dès 2012 d’un nouvel enseignement optionnel intitulé informatique et sciences du numérique.

L’informatique va-t-il devenir un enseignement à part entière dans le programme éducatif des lycéens mais aussi des collégiens et constituer de fait une composante de la culture générale au 21e siècle ?

Le dossier complet « Vers un nouveau lycée en 2010 », mis en ligne sur le site du ministère, indique l’introduction d’une option « Informatique et sciences du numérique » en classe de terminale scientifique qui pourrait être enseignée dès 2012. « Sa dimension scientifique est consolidée par le renforcement de l’horaire de mathématiques en classe terminale et par l’enseignement de deux heures hebdomadaires d’informatique et sciences du numérique en série S ».

Cet enseignement scientifique et technique devrait recouvrir les quatre grands domaines de l’informatique : algorithmique, programmation, théorie de l’information, matériel (machine et réseaux).

« À l’heure de la société de l’information et de la connaissance, la France a besoin plus que jamais de compétences scientifiques en informatique » avait déclaré Luc Chatel dans son discours sur la réforme du lycée devant le Conseil supérieur de l’Éducation, le jeudi 10 décembre 2009. « Aujourd’hui, l’informatique représente 30 % de la recherche et du développement dans le monde. Aujourd’hui l’informatique est partout. Nous ne pouvons pas manquer ce rendez-vous majeur et c’est la raison pour laquelle nous proposons en série S une spécialisation Informatique et sciences du numérique ».

Les deux organisations, l’EPI (Espaces pédagogiques interactifs) et le groupe ITIC de l’ASTI (Fédération des associations françaises des sciences et technologies de l’information) ont salué la création de cette option en lycée tout en rappelant dans un communiqué qu’« un tel enseignement, qui doit se généraliser à terme pour toutes les filières du lycée mais aussi dès le collège, correspond aux besoins du pays et de son économie ».

L’Association pour la promotion et la défense du logiciel libre (April) souligne dans son communiqué de presse que « cette annonce est concomitante avec la création d’une chaire du même nom par le Collège de France en partenariat avec l’INRIA ». « Cette avancée doit être la première manifestation d’un mouvement de fond conduisant à l’introduction d’un véritable enseignement de l’informatique pour toutes les filières du lycée mais aussi dès le collège » a indiqué Frédéric Couchet le délégué général de l’April.

Mais « qui dit enseignement pour les élèves dit professeurs pour l’assurer. Dans l’immédiat, il existe des compétences dans le système éducatif : enseignants des expérimentations en cours, des autres disciplines (STI, STG, Technologie, Mathématiques…) ayant des diplômes en informatique, licences, maîtrises ou des équivalents. Des « mises à niveau » peuvent être organisées par des universités, sans attendre, c’est-à-dire dès le deuxième semestre de l’année scolaire et universitaire en cours. Plusieurs universités y sont prêtes ». Mais à court terme, « il faut avoir en perspective la création d’un CAPES et d’une agrégation d’informatique » rappellent l’EPI et le groupe ITIC-ASTI dans leur communiqué.

Pour en savoir plus :

Téléchargez le document au format pdf « Vers un nouveau lycée en 2010 », Conférence de presse, novembre 2009
Téléchargez le document au format pdf Stratégie nationale de recherche et d’innovation (SNRI), rapport général de 2009

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum