La Cour des comptes pointe l’inefficacité de la politique numérique éducative

Éducation

Absence de stratégie et d’évaluation des expériences, objectifs politiques flous, incohérence des financements… Devant le manque de résultats de la politique de numérique éducatif, qu’elle qualifie de « dépassée », la Cour des Comptes émet des recommandations pour une réflexion plus globale.

En cinq ans, les collectivités ont dépensé environ deux milliards d’euros pour le numérique éducatif, hors frais de personnel. Pour autant, selon la Cour des comptes, le déploiement du numérique à l’école manque d’homogénéité et ne remplit pas les objectifs affichés par le plan gouvernemental de 2015 : il devait contribuer à promouvoir l’égalité des chances, en dotant tous les élèves de compétences numériques, et compenser la fracture numérique sociale (qui vise les familles sous-équipées) et géographique.

En effet, « le déploiement du numérique depuis le vote de la loi de refondation de l’école de 2013 s’est avéré aussi inégalitaire et contrasté qu’auparavant ; l’articulation des diverses interventions publiques est insuffisante ; les objectifs pédagogiques sont flous », constate la Cour des comptes dans un rapport remis au mois de juillet*. L’absence d’évaluation des très nombreuses expériences locales ne permet pas d’éclairer les décisions des collectivités ; or, aucune étude ne permet d’affirmer que le numérique présente un impact positif sur la réussite des élèves, précise la Cour.

En 2013, le gouvernement a choisi de créer un nouveau service public du numérique éducatif, qu’il aurait fallu accompagner d’une transformation pédagogique. Cela n’a pas été le cas et s’en sont suivis « des choix de priorités critiquables », d’après la Cour qui vise en particulier le financement d’équipements mobiles individuels des élèves par le programme des investissements d’avenir (PIA) ; elle relève que les moyens ont ainsi été affectés à des « dépenses courantes » et pointe « une politique dépassée et inutilement coûteuse ». Une politique qui a absorbé les budgets qui auraient dû servir à construire les infrastructures et les réseaux « indispensables à la connectivité des établissements et des écoles, sans laquelle les usages pédagogiques du numérique ne peuvent pas s’installer ». En outre, la formation au numérique des enseignants a été négligée.

La Cour estime que l’État aurait dû fonder sa stratégie sur l’analyse rigoureuse des besoins, afin d’harmoniser équipements, services et offres numériques pour les élèves. Elle recommande de définir maintenant une stratégie de déploiement du numérique au sein de l’Éducation nationale : en concertation avec les collectivités territoriales, un socle numérique de base concernant écoles, collèges et lycées, homogène au plan national pour chaque catégorie, pourrait notamment combiner des infrastructures et des équipements mis en place par la collectivité responsable, avec un engagement de l’État sur la formation des enseignants et la mise à disposition de ressources éducatives. Un cadre d’ensemble, attendu par les collectivités très impliquées, aurait aussi dû suivre les premières initiatives locales.

Marie Gasnier

* Source : Le service public numérique pour l’éducation. Un concept sans stratégie, un déploiement inachevé, Cour des comptes, juillet 2019

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum