Les APS, le nouveau remède aux violences scolaires ?

Éducation

Depuis la rentrée scolaire, deux agressions contre des enseignants ont déjà eu lieu : mercredi, dans un collège, par un parent d’élève et mardi après-midi, dans un lycée, par un élève de 18 ans. Dans ce contexte de violences scolaires, les assistants chargés de prévention et de sécurité pourront-ils renverser la tendance ?

Un décret n° 2012-1000 du 27 août 2012 porte création de cette nouvelle fonction exercée par des assistants d’éducation. La circulaire n° 2012-136 du 29 août 2012 présente les missions et le positionnement attendu des APS ainsi que le contenu de leur formation.

Qu’en est -il précisément ?

Comment les AVS sont-ils recrutés ?

Les chefs d’établissement doivent organisent le recrutement des APS qui doivent posséder un niveau bac + 2. C’est le décret n° 2003-484 du 6 juin 2003 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi des assistants d’éducation qui fait foi en la matière.

L’ensemble des APS doit être recruté au plus tard le 1er octobre 2012, afin que leur formation se déroule en octobre et novembre. Un premier bilan portant principalement sur le recrutement, la formation et le champ de leurs missions doit être transmis à la DGESCO pour la mi-février 2013.

Quel est leur cadre de travail ?

Les APS sont soumis à une obligation annuelle de référence de 1 607 heures. La période de travail ne doit pas être en dessous de 39 semaines et pas au-delà de 45.

Le conseil d’administration de l’EPLE doit valider le dispositif via l’adoption d’une délibération comportant le principe et les modalités du contrat.

Où sont-ils affectés ?

L’enquête Sivis 2010-2011 montre qu’un peu plus de la moitié des incidents déclarés concerne 10 % des établissements et que 5 % d’entre eux concentrent plus du tiers des incidents.

Ainsi, dès la rentrée scolaires 2012, 500 emplois d’APS seront implantés dans les établissements jugés « les plus exposés » aux phénomènes de violences scolaires. Les critères de sélection desdits établissements sont indiqués en annexe de la circulaire ministérielle (taux d’absentéisme, nombre de conseils de discipline…).

Quelles seront leurs missions ?

Les APS devront :

  • contribuer à l’analyse de la situation de l’établissement pour favoriser la mise en place d’une politique de prévention ;
  • participer à l’action éducative et à l’amélioration du climat scolaire ;
  • concourir à la résolution des situations de crise.

Avec qui travaillent-ils ?

Placés sous l’autorité du chef d’établissement, les APS sont amenés à travailler avec :

Quelles activités assumeront-ils en direction des élèves ?

Les APS contribuent, aux côtés de l’équipe vie scolaire, à ce que les notions d’autorité, de règles de vie et de droit soient bien comprises et respectées.

Les autres tâches tournent autour des axes suivants :

  • prévenir les conduites à risques ;
  • être prêt à intervenir dès les premiers signes d’un conflit et, pour cela, être attentif aux « signes précurseurs de tension » ;
  • intervenir dans la gestion des conflits entre élèves et contribuer à la résolution des situations de violence avérée ;
  • aider à la prise en charge des élèves les plus difficiles : l’APS peut être le « référent » du jeune pendant cette période.

Comment contribuent-ils à la vie de l’établissement ?

Les APS peuvent participer aux travaux du CESC, ainsi qu’à la commission éducative. Ils peuvent aussi conseiller le chef d’établissement sur une intervention éventuelle des EMS.

Quelle est leur formation initiale ?

Dès leur prise de fonctions, les APS doivent bénéficier d’une formation pendant 8 semaines.

La semaine de formation se décompose ainsi : 25 heures consacrées aux missions spécifiques et 10 heures pour appréhender au mieux le fonctionnement et l’organisation de l’EPLE d’affectation, à savoir :

  • la connaissance du rôle et des missions des différents personnels ;
  • la connaissance du contexte environnemental de l’EPLE et notamment des différents partenaires institutionnels ;
  • un contact privilégié avec les membres des EMS de l’académie.

Pour cette formation, il peut être fait appel, en plus des acteurs de l’école, à l’École supérieure de l’Éducation nationale, à l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice, à l’École nationale de la magistrature… Les contenus sont précisés dans un cahier des charges annexé à la circulaire ministérielle.

Quelle formation continue leur est-elle destinée ?

Au cours de la première année d’exercice, les APS doivent suivre la formation relative à l’acquisition de l’attestation « Prévention secours civiques niveau 1 (PSC1) ». Après leur première année de fonctions, les APS doivent pouvoir bénéficier de formations spécifiques (notamment communes avec les EMS) prévues expressément dans les plans académiques de formation.

Textes de référence :

 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum