Réforme du collège : la FCPE réclame un « changement de mentalité »

Éducation

Des professeurs enseignant plusieurs matières en 6e, davantage de travail en équipe, pas de devoirs à la maison : la FCPE a présenté vendredi sa vision du collège en vue de sa réforme, demandant un « changement de mentalité ».  

« Dans le cadre de la refondation de l’école, il était prévu d’aborder le collège ce printemps », a rappelé en conférence de presse le président de la première fédération de parents d’élèves, Paul Raoult, imputant le retard aux élections et espérant des discussions en septembre. « Le collège, ça ne va pas », a-t-il estimé, citant les orientations subies, trop de jeunes sortant du système sans qualification ou les résultats français dans les évaluations internationales. « Il existe plein de manières de contourner le collège unique, presque toujours pour fabriquer de l’élitisme », via les classes européennes, sport-études…, a-t-il critiqué. « On souhaiterait que le collège soit une suite du primaire, qu’on soit bien dans l’école fondamentale », avec un projet commun d’établissement de la maternelle à la 3e, a dit M. Raoult.

La FCPE veut sortir de l’organisation « une heure, une classe, un enseignant, une discipline ». La FCPE dénonce la « rupture » subie par les élèves entrant en 6ème, notamment pour les plus en difficulté. Ils « passent d’une relation individuelle, voire privilégiée, avec un seul enseignant à une multiplicité de professeurs », qui peuvent avoir chacun leurs propres règles. L’organisation préconise notamment de réduire à trois ou quatre le nombre de professeurs en 6e et 5e, qui enseigneraient plusieurs matières (maths-physique-chimie, français-histoire), de « décloisonner les disciplines à travers des projets interdisciplinaires », mais aussi de favoriser le travail personnel fait dans l’établissement, considérant que les devoirs à la maison sont source d’inégalités.

Le think tank Terra Nova, proche du PS, s’est aussi prononcé pour un rapprochement entre l’école et le collège, scénario qui déplaît au Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, opposé notamment à la bivalence (un professeur enseignant plusieurs matières) et très attaché à l’intégrité des disciplines. 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum