Lancement de l’opération « 1 Ehpad, 1 emploi d’avenir »

Emploi

Cinq conventions avec les employeurs sont d’ores et déjà signées pour permettre le recrutement de 7 250 jeunes en emplois d’avenir dans les établissements pour personnes âgées.

La ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, Michèle Delaunay, a lancé, le jeudi 30 mai, l’opération « 1 Ehpad, 1 emploi d’avenir ». Son ambition : « encourager les maisons de retraite médicalisées à recruter des jeunes en emplois d’avenir ».

À cet effet, cinq conventions avec les employeurs ont déjà été signées. Celles-ci prévoient un total de 7 250 emplois d’avenir dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Dix autres conventions sont actuellement en préparation et seront conclues prochainement.

« 7 250 emplois d’avenir pour les 7 217 maisons de retraite médicalisées : les acteurs du médico-social démontrent ainsi, avec éclat, qu’ils savent se mobiliser pour les jeunes », se félicite la ministre. Et Michèle Delaunay invite désormais ces établissements « à prolonger cet engagement sur le terrain, dans l’objectif de création d’emplois pérennes ». Le secteur de l’aide à domicile des personnes âgées se révèle, lui aussi, mobilisé. Ses engagements représentent un total de 5 250 emplois d’avenir.

« Ainsi, 12 500 emplois d’avenir seront prochainement créés dans le secteur pour personnes âgées, soit 8 % de l’objectif fixé par le gouvernement, selon les calculs du ministère. Une fois encore est démontré que le secteur des personnes âgées est particulièrement porteur pour l’emploi, en particulier pour l’emploi des jeunes. 8 % des emplois d’avenir, c’est en effet trois fois plus que le poids du secteur chez les actifs en France ».

Ces emplois d’avenir doivent permettre aux jeunes concernés de construire de vrais parcours professionnels. Aussi, Michèle Delaunay a signé, ce même jour, quatre avenants aux conventions cadres conclus entre la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) et quatre organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA). À savoir : Uniformation, Unifaf, OPCA-PL et ANFH.

« Ces conventions prévoient des actions de formation pré-qualifiantes ou qualifiantes et d’accompagnement personnalisé pour les jeunes embauchés dans le cadre des emplois d’avenir. L’accompagnement se fera sous la forme de tutorat, permettant ainsi une transmission de savoirs entre générations », explique le ministère.

Ces conventions sont financées à hauteur de 20 % par la CNSA et de 80 % par les OPCA. Elles représentent un engagement financier total d’environ 30 millions d’euros par an, soit une moyenne de 4 000 euros par jeune en emploi d’avenir.

La CNSA doit bientôt signer deux autres conventions, avec AGEFOS-PME et le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). Au total, ces six conventions formation permettront « l’accompagnement de 8 800 jeunes, tant en établissement que dans le secteur de l’aide à domicile ». Elles viennent s’inscrire dans la même logique que le plan métier que prépare actuellement Michèle Delaunay : « Toute formation engagée par un jeune en emploi d’avenir doit lui permettre d’entrer durablement dans le secteur ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum