Les JO Paris 2024 vont contribuer à booster l’emploi dans les travaux publics

Emploi

La préfecture d’Île-de-France et les professions du secteur viennent de publier une étude sur les besoins en emplois dans les travaux publics à l’horizon 2024 dans la région.

Travaux du Grand Paris, préparation à l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, projets exceptionnels des aéroports de Paris… De grands projets d’aménagement sont programmés en Île-de-France dans les années à venir, qui vont fortement mobiliser le secteur des travaux publics (TP). Pour évaluer les besoins en emplois dans les TP en Île-de-France sur la période 2019-2024, l’État, en partenariat avec le conseil régional et les professions du secteur, a réalisé une étude dont les résultats ont été publiés en novembre. À l’horizon 2024, le secteur des travaux publics affiche ainsi un potentiel de recrutement de 22 600 personnes.

En 2024, le secteur des TP totaliserait près de 76 000 emplois dans la région capitale, travail temporaire inclus, contre 59 000 en 2018. Plus de 80 % de ces emplois seraient mobilisés pour répondre aux besoins liés à l’activité courante et près de 20 % pour finaliser les chantiers du Grand Paris, des Jeux Olympiques et Paralympiques et des projets exceptionnels des aéroports. La hausse des effectifs prévue est régulière, avec une montée en charge rapide jusqu’en 2022 (+ 4 à 8 % par an d’emplois). Si la hausse prévisible est moins marquée à partir de 2022 (entre + 1 % et 1,5 % d’emplois estimés en 2023 et 2024), ce sont près de 13 000 emplois qui seront mobilisés dans les TP sur les grands projets en 2024. À noter : d’autres lignes de métro verront leur chantier commencer à partir de 2024 et certains travaux comme le Terminal 4 de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle seront toujours en cours, « permettant un maintien de ce palier haut », anticipe l’étude.

Pour accompagner cette montée en charge en assurant également le renouvellement des effectifs (départs en retraite, départs pour d’autres branches…), 22 600 équivalents temps plein (ETP) supplémentaires seront donc nécessaires sur la période 2019-2024. À savoir :

  • 16 600 ETP pour répondre à la hausse des effectifs ;
  • 6 000 ETP pour compenser les départs.

L’estimation de la population-métier et des besoins en emplois des travaux publics a été réalisée année par année à horizon 2024, en fonction des calendriers communiqués par les maîtres d’ouvrages (Groupe ADP, Société du Grand Paris, SNCF Réseau, RATP, Solideo…). À l’horizon 2024, sur les 24 métiers analysés, 10 métiers seront particulièrement mobilisés :

  • Canalisateur,
  • Ouvrier VRD/Terrassier,
  • Poseur de voies,
  • Monteur de réseau (énergie/communication),
  • Constructeur d’ouvrage d’art béton armé,
  • Mécanicien d’engins,
  • Soudeur,
  • Chef d’équipe,
  • Chef de chantier,
  • Conducteur de travaux.

La plupart des métiers des travaux publics sont, d’ores et déjà, en tension en Île-de-France, pointe l’étude. Le secteur manque de bras. Cette carence est particulièrement ressentie par les entreprises pour les effectifs d’encadrement (chef d’équipe, chef de chantier, conducteur de travaux expérimenté), ainsi que pour quelques spécialités rares nécessitant de l’expérience pour acquérir les compétences (exemple : pilote de tunnelier).

Posté le par

Recommander cet article