Plan compétences : former 2 millions de personnes pour favoriser le retour à l’emploi

Emploi

Le gouvernement ambitionne de former un million de jeunes peu qualifiés et un million de chômeurs d’ici 2022 pour favoriser le retour à l’emploi

S’attaquer au chômage de masse. C’est l’objectif de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui a dévoilé, le 1er octobre, les grandes lignes du Plan d’investissement dans les compétences (PIC). Mesure phare : la formation de 2 millions de personnes d’ici 2022 pour un retour à l’emploi.

La formation, un outil de lutte contre le chômage

« La lutte contre le chômage passera par la formation professionnelle », est convaincue la ministre. Aussi, via le PIC, le gouvernement engagera 15 millions d’euros sur 4 ans pour former un million de jeunes peu qualifiés et un million de chômeurs de longue durée faiblement qualifiés. Le plan compétences veut favoriser des parcours « sur mesure » de formation vers l’emploi : diagnostic des compétences numériques, consolidation des savoirs de base, orientation ciblée en lien avec l’évolution et les besoins des entreprises et accompagnement vers l’emploi.

La formation constitue l’un des principaux facteurs d’inégalité sur le marché de l’emploi en France, rappelle le ministère. Aujourd’hui, 18 % des Français sans diplôme sont au chômage contre 5,6 % des Français possédant un diplôme bac +2 et équivalent, d’après ses statistiques. Un problème particulièrement répandu chez les jeunes, puisque 12,7 % des moins de 26 ans n’ont ni formation, ni emploi. Par ailleurs, plus le temps de chômage s’allonge, plus le retour à l’emploi devient difficile. Selon Pôle emploi, le nombre de chômeurs de plus de 3 ans augmente depuis 10 ans : s’ils étaient 277 100 en 2008, l’organisme en recensait plus de 880 000 au premier trimestre 2018.

Une aide pour intégrer professionnellement les réfugiés

Autre volet du plan d’investissement dans les compétences : 15 millions d’euros seront consacrés à l’intégration des réfugiés à la recherche d’un emploi ou d’une formation professionnelle. Un appel à projet est lancé jusqu’au 12 septembre 2019 auprès des structures d’insertion et de formation des réfugiés. L’objectif à terme est d’aider à l’insertion sur le marché de l’emploi français de plusieurs milliers de bénéficiaires d’une protection internationale et de demandeurs d’asile de plus de 6 mois.

Promouvoir une société de compétences

Outre la lutte contre le chômage et l’exclusion, le gouvernement cherche également, à travers le PIC, « à anticiper les transformations de l’économie française ». En effet, 40 % des travailleurs sont menacés par l’automatisation de leur métier et 50 % des emplois existants seront transformés d’ici 10 ans, pointe le ministère du Travail. « Pour mettre en place une société de compétences », le plan présenté par Muriel Pénicaud travaillera donc sur « quatre grands chantiers » :

  • Se préparer à la transformation des métiers
  • Mettre en place des outils innovants pour identifier les besoins des entreprises
  • Développer une culture de l’innovation de la formation professionnelle
  • Déployer une nouvelle plate-forme du compte personnel de formation (CPF). Utilisable par tout salarié, le CPF recense les heures de formation acquises et les formations à sa disposition.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum