Anne Hidalgo lance le premier « budget participatif » de Paris

Finances locales

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) lancera mardi 16 septembre dans le XIIe arrondissement le premier « budget participatif » parisien, qui donnera aux habitants de la capitale la possibilité de voter pour des projets qu’ils jugent prioritaires, du 24 septembre au 1er octobre.

Comme elle l’avait annoncé lors de la campagne des municipales, Anne Hidalgo entend soumettre au vote des Parisiens 5 % du budget d’investissement de la ville, soit sur l’ensemble de la mandature 426 millions d’euros, 71 millions par an en moyenne. Un tel montant fera du budget participatif parisien le plus important au monde en valeur absolue selon la ville. Des expériences similaires existent notamment à Porto Alegre (Brésil), ou à New York.

À partir de l’année prochaine, les projets soumis au vote des Parisiens seront ceux qu’ils auront eux mêmes proposés, passés au filtre des services de la ville. Cette année, compte tenu du calendrier raccourci, la mairie a choisi de mettre sur la table quinze projets, parmi lesquels devront se dégager cinq lauréats ou plus, pour un montant maximal de 20 millions d’euros.

Tous les Parisiens sont appelés à voter, quels que soient leur nationalité et leur âge, en mairie et sur Internet (www.budgetparticipatif.paris.fr). Les votants devront déclarer sur l’honneur leur nom, prénom, date de naissance, adresse.

Les quinze projets, d’ores et déjà consultables sur Internet, et visibles à partir de lundi à l’espace « Paris Rendez-vous », se révèlent très divers, touchant aux domaines de la culture, de l’environnement, du sport et des loisirs, mais aussi de l’économie ou de l’aménagement urbain.

« Cultiver dans les écoles »  doit permettre de créer des jardins pédagogiques dans la totalité des écoles maternelles de la capitale (un million d’euros), tandis que « Reconquête urbaine » propose de réhabiliter par des interventions artistiques et paysagères des espaces délaissés, notamment autour du périphérique (1,5 million d’euros). Autres suggestions : créer des terrains de jeu de ballon sur des lieux insolites, végétaliser des murs, rénover les kiosques à musique, créer des espaces de co-working étudiants-entrepreneurs…

Le plus coûteux (8 millions d’euros) envisage de créer deux piscines éphémères susceptibles d’être déplacées d’un site à l’autre, et le moins (400 000 euros) de mettre à disposition des enfants des « tipis » et des jeux pour fêter leur anniversaire dans les parcs et jardins de la ville.

Le lancement de ce budget participatif a été reçu de manière diverse par les groupes politiques du Conseil de Paris. Les communistes ont salué une « très bonne nouvelle » et un projet « particulièrement salutaire en cette période de crise de la représentativité politique ».

La maire UMP du XVIIe Brigitte Kuster a en revanche regretté sur son blog que « l’essentiel des projets portent sur des sujets sans rapport avec les véritables besoins des Parisiens ».

Le groupe UDI-MoDem a dénoncé la « démagogie infantile » de cette initiative, en période de disette budgétaire. « Faire croire aux Parisiens qu’on va les associer à dépenser plus alors qu’on est en déficit de 400 millions d’euros et qu’on va plutôt les mettre à contribution pour rembourser les dettes croissantes de Paris, c’est les prendre pour des gogos », a fustigé auprès de la presse son président Éric Azière.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum