La région Île-de-France lève 600 millions d’euros sur le marché obligataire

Finances locales

La région Île-de-France a annoncé mardi 15 avril avoir émis « avec succès » des obligations d’un montant de 600 millions d’euros pour financer des projets qui se veulent exemplaires en matière environnementale et sociale.

« Cette opération représente la plus importante transaction jamais réalisée par la région à ce jour », selon un communiqué de la région que préside le socialiste Jean-Paul Huchon, qui souligne que les demandes de souscription ont porté sur un total de 750 millions.

Pilotée par les banques Crédit Agricole, HSBC et Natixis, l’émission est d’une durée de 12 ans et est assortie pour les obligataires d’un coupon de 2,375 %. Elle a été facilitée par la notation de la région Île-de-France, notée AA/AA+ par Standard & Poor’s et Fitch Ratings avec perspective stable.

Selon les services de la région, les projets ainsi financés « concernent notamment la construction et la rénovation de lycées, d’équipements sportifs ou de logements sociaux avec des objectifs d’éco-construction, le développement des transports en commun, le développement d’énergies renouvelables, la préservation de la biodiversité, des milieux naturels et des paysages ».

Tous les projets « devront respecter 11 critères touchant notamment à la lutte contre le changement climatique, la transition écologique, l’aménagement, le développement économique et responsable du territoire et la lutte contre les inégalités », précise le communiqué. Interrogée par l’AFP, HSBC France a souligné l’intérêt des investisseurs pour ce type d’opération.

« Les investisseurs sont très attentifs aux projets à financer. Nous avons passé une semaine à les rencontrer. Ce qu’ils veulent, c’est éviter toutes les opérations de greenwashing », c’est-à-dire faussement vertes, a souligné Jérôme Pellet, directeur au sein du département marchés de dette de cette banque.

Avec cette émission, les fonds levés par les collectivités locales depuis le début de l’année atteignent désormais 1,19 milliard d’euros, à travers 26 opérations, contre 778 millions d’euros l’an passé à la même date. « Sur l’ensemble de l’année, nous devrions être sur des niveaux proches de ceux de 2013 », a anticipé Jérôme Pellet.

L’an passé, 2,5 milliards d’euros avaient été levés par les collectivités sur les marchés.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum