Emplois d’avenir : les employeurs locaux se mobilisent pour l’insertion professionnelle des jeunes

Fonction publique

Michel Sapin, ministre du Travail, souhaite que 35 000 emplois d’avenir soient signés au premier semestre 2014 et que 15 000 soient conclus dans l’Éducation nationale au second semestre. Avec les 100 000 signés en 2013, l’objectif de 150 000 serait ainsi atteint.

Les emplois d’avenir sont destinés à faciliter l’insertion professionnelle et l’accès à la qualification des jeunes sans emploi en leur  apportant une qualification et des compétences accrues. L’apport majeur du dispositif consiste dans l’opportunité d’offrir une première expérience professionnelle valorisante. En fonction du poste proposé et des besoins du jeune pour la réalisation de son projet, plusieurs types de formation peuvent leur être proposées : remise à niveau ou acquisition des savoirs de base, adaptation au poste de travail, acquisition de nouvelles compétences ou encore formation qualifiante.
 

La vigilance des employeurs potentiels

Les emplois d’avenir son créés par les collectivités territoriales, par les entreprises, par le tissu associatif et par le secteur hospitalier et médicosocial. Le niveau de qualification des jeunes embauchés est conforme aux objectifs du dispositif puisque les jeunes sont recrutés sans qualification ou à un niveau V.

Il est fait preuve d’une grande vigilance par les employeurs potentiels quant à la qualité de l’emploi et de formation proposés aux jeunes recrutés. Les formations accordées portent sur l’acquisition de nouvelles compétences, sur l’adaptation au monde du travail, ainsi que sur des formations qualifiantes. Il est également prévu des actions de remise à niveau et d’acquisition des savoirs de base.

Les recrutements déclarés le sont majoritairement à temps plein et pour une durée de trois ans (maximum légal autorisé dans le secteur public). Des systèmes de tutorat sont mis en place. Ils peuvent être structurés à deux niveaux : au niveau managérial avec un responsable hiérarchique direct et au niveau générationnel avec l’appui d’un agent partant à la retraite dans les trois ans.
 

Une mobilisation forte des acteurs concernés

La forte mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés (missions locales, Cap emploi et Pôle emploi, OPCA, services de l’État, collectivités…) pour la mise en œuvre du dispositif emplois d’avenir, durant ces derniers mois, a été source d’efficacité. Elle a permis que les jeunes  sortis du système scolaire, sans avoir acquis une qualification, accèdent à une solution d’emploi stable et aient une nouvelle opportunité de se former, voire de se qualifier.

Destinés aux jeunes résidant dans des zones qui connaissent des difficultés particulières en matière d’emploi, les emplois d’avenir sont aussi aidants pour les territoires marqués par des difficultés en termes de chômage des jeunes. Les jeunes retenus sont très motivés, seuls  3,5 % des contrats ont été rompus précocement en 2013.

Ce bon résultat s’explique à la fois par le travail réalisé en amont et pendant l’emploi d’avenir, notamment  par les missions locales. Il se justifie aussi par la forte motivation de ces jeunes qui se saisissent pleinement de l’opportunité d’accéder à un vrai emploi. Les métiers exercés dans le secteur non marchand par les jeunes recrutés en emploi d’avenir sont principalement ceux des services à la personne et à la collectivité.

Fort de ces constats, il peut en être conclu à une mobilisation forte des employeurs sur les emplois d’avenir, et cela malgré le niveau d’exigence que comporte ce dispositif. Mais pour agir de façon efficace pour faire reculer le chômage des jeunes, un volume permanent d’emploi devra être maintenu et le dispositif devra être élargi au secteur marchand.
 

Texte de référence : Mise en œuvre des emplois d’avenir, Bilan intermédiaire, Réunion de mobilisation pour l’emploi État – Régions – Partenaires sociaux, septembre 2013

Weka vous propose en téléchargement gratuit :

 

Livre blanc

Les emplois d'avenir

Téléchargez

La loi n° 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d’avenir est entrée en vigueur le 1er novembre 2012 dans les collectivités territoriales.

Ce dispositif a pour ambition d’inciter, par la voie d’aides publiques, les employeurs du secteur non marchand à recruter des jeunes peu qualifiés afin de leur donner une première expérience professionnelle.

Comment se définit un emploi d’avenir ? Quelle est la nature de ces contrats ? Quelles sont les spécificités de gestion des agents en emploi d’avenir ? Quel est le régime des aides versées aux employeurs ?

Découvrez les réponses à ces questions en téléchargeant gratuitement la fiche intitulée « Les emplois d’avenir ».

Cet extrait du nouveau service documentaire Statut et Carrières des agents territoriaux vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum