Conjuguer replantation des forêts et insertion professionnelle

Insertion

Le gouvernement veut associer reforestation et insertion professionnelle.

Réchauffement climatique, feux durant l’été, attaques de parasites, les forêts françaises, privées et publiques, souffrent. Pour remplacer les arbres détruits, mais surtout adapter la forêt au changement climatique, la stratégie nationale de renouvellement forestier prévoit le reboisement de 45 000 hectares, soit environ 50 millions d’arbres capables de capter 150 000 tonnes de CO2 chaque année. Cette stratégie s’inscrit dans le cadre du plan « France relance », qui la finance à hauteur de 150 millions d’euros. « Nous portons une stratégie ambitieuse pour nos forêts, fondée sur son renouvellement et son adaptation au changement climatique. Reposant sur l’engagement de chaque maillon de la filière forêt-bois, elle nous permettra à terme de replanter 50 millions d’arbres ! », confirme Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Pour accompagner ce reboisement, le gouvernement a décidé de faire appel aux structures de l’insertion par l’activité économique (IAE). Celles-ci accompagnent plus de 30 000 salariés en insertion sur les métiers de l’environnement, répartis sur cinq métiers principaux : bûcheronnage et élagage ; entretien des espaces naturels ; aménagement et entretien des espaces verts ; protection du patrimoine naturel ; sylviculture. En 2020, 200 projets à vocation environnementale, portés par des structures de l’IAE, ont été soutenus par l’État à hauteur de 9,3 millions d’euros. Ils ont ainsi permis la création de 1 750 nouveaux emplois. Cette année, 275 nouveaux projets verts, en cours d’examen, vont conduire à la création de 2 600 emplois supplémentaires, soutenus par l’État pour près de 18 millions d’euros.

Dès cet automne, la reforestation va conduire à des activités de préparation de terrain (débroussaillage, dégagement de plantation, élagage, coupe et bûcheronnage) et de plantation et entretien de jeunes boisements. Ces chantiers seront conduits dans toute la France, via 35 opérateurs sélectionnés par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Le gouvernement invite donc les propriétaires forestiers individuels et leurs mandataires à faire appel aux structures de l’IAE en vue des chantiers à réaliser à l’automne.

Posté le par

Recommander cet article