Le revenu d’engagement pour les jeunes déjà en chantier

Insertion

La ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion vient d’installer le Comité du Revenu d’Engagement pour les jeunes.

Annoncé par le président de la République lors de son adresse aux Français le 12 juillet 2021, le revenu d’engagement pour les jeunes sera présenté à la rentrée. Sa création est d’ores et déjà en chantier. La ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Élisabeth Borne, a en effet réuni, le 22 juillet, le Comité du Revenu d’Engagement pour les jeunes. Composée de parlementaires, d’élus locaux, d’associations de lutte contre la pauvreté, d’acteurs du service public de l’emploi et d’associations de jeunesse, cette instance sera associée et consultée dans la construction, la finalisation et la mise en œuvre de « cette mesure sociale ambitieuse en faveur de l’emploi des jeunes ». Les travaux menés par ce comité s’inscriront dans la continuité de ceux engagés depuis plusieurs mois dans le cadre du projet d’élargissement de la Garantie jeunes.

Le principe du revenu d’engagement pour les jeunes est de proposer à chaque jeune, qui en a besoin, un parcours vers l’emploi dans lequel ses besoins seront évalués et un accompagnement individualisé et adapté à ses difficultés lui sera proposé. Les jeunes rencontrant des difficultés financières percevront un revenu dans le cadre de cet accompagnement. En contrepartie, ils devront signer un contrat d’engagement. Il s’agira d’un engagement réciproque entre les acteurs du service public de l’emploi et les jeunes : « des droits et des devoirs », comme l’a précisé le chef de l’État dans son allocution du 12 juillet. « L’insertion professionnelle des jeunes est plus que jamais un enjeu majeur pour l’avenir de notre pays. Avec le plan “1 jeune, 1 solution”, nous avons réussi à relancer l’embauche des jeunes et à remettre le pied à l’étrier à des centaines de milliers de jeunes en difficulté. Il convient désormais d’aller encore plus loin pour les plus fragiles d’entre eux, afin d’atteindre une émancipation réelle grâce à l’accès à un emploi durable. C’est un enjeu majeur d’égalité des chances et c’est la priorité d’action du président de la République et du gouvernement », soutient la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Posté le par

Recommander cet article