Politique de la ville : un label « cités de la jeunesse » pour mieux accompagner les jeunes

Jeunesse

La ministre déléguée chargée de la Ville Nadia Hai lance mercredi 26 mai 2021 le label « cités de la jeunesse » à destination des structures accueillant des jeunes pour mieux les orienter et « accélérer la sortie de la crise sanitaire ».

Insertion professionnelle, engagement associatif, accès à la culture ou au sport : les espaces labellisés « cités de la jeunesse » ont pour objectif de « rassembler toutes les informations dans un même lieu », explique à l’AFP la ministre Nadia Hai qui se rend mercredi dans un centre social de Poitiers pour le labelliser.

Selon elle, « un grand nombre de jeunes des quartiers ne recourent pas à leurs droits » et « il manquait un lieu de centralisation » des informations, d’autant plus nécessaire avec la crise sanitaire dont les effets ont été décuplés dans les quartiers populaires.

Dans les faits, ce sont des structures déjà existantes, associatives ou administrées par les collectivités territoriales, qui recevront ce label, avec à la clé une subvention pouvant aller jusqu’à 70 000 euros.

À destination des 15-25 ans et avec des horaires élargis au soir et au weekend, ces lieux seront également dotés d’« agrégateurs d’opportunités », soit un outil numérique regroupant toutes les mesures et offres qui existent pour les jeunes, afin d’« accompagner les jeunes vers l’autonomie » et « accélérer la sortie de la crise sanitaire ».

Quinze structures seront labellisées « cités de la jeunesse » d’ici à la fin 2021. Et « si l’expérimentation est concluante, on élargira en 2022 », promet la ministre.

Selon le ministère, 2,1 millions de jeunes vivent dans les 1 514 quartiers prioritaires de la ville (QPV) et représentent 15 % de la jeunesse française.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article