Financement de la dépendance : la priorité sera donnée au « maintien à domicile », selon Agnès Buzyn

Personnes âgées

La ministre des Solidarités Agnès Buzyn a assuré jeudi 6 décembre 2018 que le « maintien à domicile » serait privilégié dans le cadre de la réforme du financement de la dépendance des personnes âgées, en réponse aux aspirations des « 400 000 Français » ayant participé à la consultation en ligne lancée début octobre 2018.

« Ce qui ressort de la consultation, c’est qu’une majorité des personnes qui ont répondu ne veulent pas partir de leur domicile (…), tout le monde souhaite que le maintien à domicile soit le modèle prédominant », a déclaré la ministre sur RTL.

« Cela veut dire organiser complètement différemment le maintien à domicile » et « trouver le financement pour cela », a ajouté Mme Buzyn.

À la question « est-ce un objectif prioritaire à vos yeux », la ministre a répondu « oui », ne connaissant « pas une seule personne aujourd’hui qui souhaite aller en Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Plus personne ne le souhaite, et donc on a ce travail-là à faire de changer de modèle », a-t-elle justifié.

« Tout l’objet » du texte de loi qui « sera préparé (…) probablement au printemps 2019 pour un vote en fin d’année » est « de trouver un financement qui va enfin rassurer les Français et un financement solidaire », a fait valoir la ministre. « L’idée n’est pas d’augmenter les cotisations, les taxes », a précisé la ministre, interrogée sur la création d’un 5e risque de la Sécurité sociale. Augmenter les cotisations, « ce n’est pas dans l’air du temps », a-t-elle observé, en référence au mouvement des « gilets jaunes ». « La question c’est la répartition », a expliqué Mme Buzyn.

« Nous sommes en capacité de le faire, la Sécurité sociale » ayant « pour la première fois depuis 20 ans » un budget à l’équilibre, a-t-elle insisté. Il s’agira également de « simplifier » et d’« améliorer » le financement des maisons de retraite et les aides aux familles, soumises à un « reste-à-charge trop important » et « très variable d’un Ehpad à l’autre ».

Sur les pistes à l’étude, la ministre a renvoyé au « rapport sur la consultation publique » qui sera remis « en janvier 2019 » et aux groupes de travail toujours en cours dans les régions, notamment sur « les aidants » ou l’amélioration des conditions de travail des professionnels du secteur. Selon un communiqué du ministère publié jeudi 6 décembre 2018, la consultation citoyenne en ligne a recueilli, depuis le 1er octobre 2018, 1,7 million de votes et 18 000 propositions, pour 414 000 participants.

« Quatre priorités » ont été mises en avant : « conditions de travail / de vie des professionnels et des proches aidants, qualité des lieux de vie, baisse des coûts pour les familles et accès au système de santé », selon la même source.

D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 aujourd’hui. Les dépenses liées à la dépendance sont estimées aujourd’hui à près 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages).

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum