Personnes âgées : les syndicats réclament la création de 40 000 postes dès 2019

Personnes âgées

L’intersyndicale de l’aide aux personnes âgées et l’AD-PA ont, enfin, été reçues à l’Élysée.

La troisième demande aura été la bonne ! Au lendemain de la présentation du rapport Libault, l’intersyndicale de l’aide aux personnes âgées et l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) ont été reçues le 4 avril 2019 à l’Élysée, par Marie Fontanel, la conseillère solidarité et santé du président de la République. « En priorité », les dix syndicats coalisés – CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FA, FO, FSU, Solidaires, UFAS, UNSA – et l’AD-PA ont tenu à déposer les 35 000 cartes pétitions et les 800 motions signées dans les établissements et services pour personnes âgées depuis le début de l’année. Ce rendez-vous a permis à l’intersyndicale et à l’association de directeurs de rappeler leurs principales revendications, « toujours d’actualité depuis le grève du 30 janvier 2018 », insistent-elles. À savoir :

  • L’application en Ehpad du ratio d’un salarié par résident ;
  • L’augmentation du temps passé auprès des personnes âgées à domicile
  • La revalorisation des rémunérations et la formation.

Suite à la remise du rapport de Dominique Libault, pilote de la concertation nationale « Grand âge et autonomie », « qui confirme les besoins du secteur », la délégation reçue à l’Élysée a pointé « l’urgence de répondre, dès cette année, aux revendications immédiates, à travers l’ouverture d’une négociation », que les syndicats ne cessent de réclamer. La conseillère du chef de l’État a répondu que celui-ci était conscient des difficultés du secteur et que ce dossier relevait de la compétence du ministère des Solidarités et de la Santé. Aussi, sans tarder, l’intersyndicale et l’AD-PA ont saisi Agnès Buzyn, « pour que s’engagent rapidement des négociations ».

Dans ce cadre, syndicats de salariés et directeurs réaffirment leur revendication première – le ratio d’1 pour 1 en Ehpad – et demande, « en urgence, la création de 40 000 postes dès 2019 sur la filière du Grand Âge (services d’aide à domicile et établissements), afin d’améliorer tant les conditions de travail des salariés que l’accompagnement de nos aînés ». Parallèlement, ils revendiquent une augmentation des salaires, afin d’améliorer l’attractivité du secteur.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum