En Aquitaine, bientôt des Matinées du handicap

Personnes handicapées

Les Matinées du handicap seront un rendez-vous mensuel sur l’intégration et l’emploi des personnes en situation de handicap.

Inaugurées le 2 octobre à Bordeaux, les Matinées du handicap veulent s’imposer comme « le rendez-vous mensuel conçu pour aborder les questions liées au handicap en région et ce, toute l’année ». S’inspirant de l’esprit des cafés philosophique, ces Matinées proposeront un format court d’1h30 et un programme d’interventions diversifiées et interactives, toutes liées à l’intégration et à l’emploi (ou au maintien en emploi) d’une personne en situation de handicap au sein des secteurs privé et institutionnel.

Thème de la première séance : « Les représentations du handicap ont-elles changé depuis la loi de 2005 ? ».

« Au-delà du rendez-vous classique de la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées, qui a lieu chaque année au mois de novembre, nous voulons mettre en œuvre, en région, un événement plus régulier et en plus grande proximité avec les entreprises », explique Agnès Randon, directrice d’Handiperformance et cofondatrice de ces Matinées.

Dans une région recensant 27 000 demandeurs d’emploi handicapés, les Matinées du handicap s’adressent, en priorité, aux chefs d’entreprises, aux DRH et responsables RRH, aux professionnels du secteur du handicap et aux institutionnels. Elles affichent un programme annuel préétabli, proposant à la réflexion de tous, des sujets autour de la création d’entreprise, de la difficulté d’emploi et de maintien en emploi au sein des entreprises, de l’accessibilité, de l’humour ou même des objets connectés liés aux différents handicaps.

Ces Matinées du handicap ont pour vocation de créer du lien et de développer une communauté facilitant le partage de bonnes pratiques et l’entraide entre tous les acteurs du handicap de la région, qui n’ont que, peu ou pas, l’occasion de se rencontrer pendant l’année. « En complément des nombreuses organisations nationales et locales œuvrant dans le domaine du handicap, nous souhaitions créer un lien transversal régulier entre les différents acteurs, afin d’œuvrer en proximité », conclut Agnès Randon.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum