8 vaccins supplémentaires obligatoires dès 2018

Petite enfance

À partir de 2018, les enfants de moins de 2 ans devront être obligatoirement vaccinés contre 11 maladies.

Au lendemain de la déclaration de politique générale du Premier ministre, la ministre des Solidarités et de la Santé a confirmé, le 5 juillet, la décision du gouvernement de rendre obligatoires 8 vaccins supplémentaires jusqu’alors recommandés pour la petite enfance, en complément des 3 vaccins actuellement obligatoires.

Agnès Buzyn va proposer un texte en ce sens au Parlement. « Cette décision répond à une nécessité de santé publique, explique la ministre. La France a des taux de couverture vaccinale meilleurs que les autres pays pour les vaccins obligatoires, mais ils sont en revanche très insuffisants pour la plupart des vaccins recommandés. »

À l’origine d’épidémies, cette couverture vaccinale insuffisante a conduit à la réémergence de certaines maladies et engendré des hospitalisations et des décès évitables, ajoute le ministère. Ces maladies transmissibles sont, en outre, particulièrement dangereuses pour les enfants et les personnes plus les fragiles : « la vaccination n’est pas seulement un acte individuel, elle est également destinée à protéger son entourage. Se faire vacciner permet de se protéger et de protéger les autres. » Seront donc désormais obligatoires, les vaccins contre :

  • L’haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites),
  • La coqueluche,
  • L’hépatite B,
  • La rougeole,
  • Les oreillons,
  • La rubéole,
  • Le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites),Le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites).

Les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite resteront obligatoires. En pratique, l’extension à 11 vaccins obligatoires représente 10 injections pour les enfants, étalées sur 2 ans.

Au moins 70 % des enfants connaissent déjà ces 10 injections sur 2 ans et 80 % plus de 8 injections, précise le ministère des Solidarités et de la Santé. Tous les vaccins obligatoires seront pris en charge à 100 % : 65 % de leur prix est remboursé par l’Assurance maladie, 35 % par les assurances complémentaires qui offrent un « contrat responsable ».

Les patients n’auront donc pas de coût à leur charge. Par ailleurs, il existe différents circuits adaptés, notamment les centres de vaccination, qui proposent des prises en charge totalement gratuites.

« Un rendez-vous annuel sera instauré pour faire l’état des lieux de la vaccination en France : progression de la couverture vaccinale, épidémiologie des maladies concernées, pharmacovogilance, nécessité de faire évoluer la liste des vaccins obligatoires », a conclu Agnès Buzyn.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum