L’accueil des moins de trois ans progresse mais reste disparate

Petite enfance

Les capacités d’accueil des enfants de moins de 3 ans continuent de progresser en France, avec plus d’assistantes maternelles, mais certains départements restent mieux lotis que d’autres, relève le rapport annuel de l’Observatoire national de la petite enfance, publié mardi 9 décembre 2014.

Cet article fait partie du dossier :

Action Sociale Structures d’accueil petite enfance : la nouvelle donne Voir le dossier

En 2012, pour les 2,4 millions d’enfants de moins de trois ans, la France disposait de près de 54 places pour 100 enfants, soit près de 1,3 million de places. En 2008, le nombre était de 48,3 places, d’après le rapport piloté par la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf).

Mais si en Bretagne ce pourcentage grimpe à 66-88 places pour cent enfants, il n’est que de 10 à 36 places en Seine-Saint-Denis ou en Corse.

L’essentiel de l’évolution s’explique par une augmentation de l’accueil proposé par les assistantes maternelles employées directement par les parents, toujours prépondérant avec près de 760 000 places, soit six places d’accueil sur dix (l’offre n’était que d’environ 614 000 places en 2008, soit un quart des places).

Suivent ensuite les structures collectives dites EAJE (places gérées à 61,2 % par les collectivités territoriales, pour près d’un tiers par des associations, la part des crèches d’entreprise représentant un peu plus de 5 %). Elles représentaient, en 2012, 16,5 % des capacités d’accueil (14,6 % en 2008).

L’Éducation nationale est le troisième contributeur, puisqu’elle accueillait un enfant de moins de trois ans sur 25, mais ses capacités d’accueil théoriques des tout petits sont à la baisse (3,8 % en 2012, soit environ 91 000 places, contre 6,2 % quatre ans auparavant).

Pour la première année toutefois, la tendance s’inverse pour la scolarisation des enfants de 2 ans. Après 10 ans de baisse, une légère hausse a été enregistrée à la rentrée 2013, avec l’arrivée de 97 200 enfants de deux ans sur les bancs de la maternelle. Au total, 11,8 % des bambins de deux ans sont scolarisés, la proportion monte à plus de 20 % en zone d’éducations prioritaire, proportion que le gouvernement veut faire monter à 30 % d’ici 2017.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum