Carrière des agents de maîtrise territoriaux

Rémunération

La réponse ministérielle n° 17057 du 5 mars 2019 est relative à l’amélioration de carrière des agents territoriaux.

Les règles de classement des agents techniques promus en qualité d’agent de maîtrise sont fixées par le décret n° 88-547 du 6 mai 1988 modifié portant statut particulier du cadre d’emplois des agents de maîtrise territoriaux. L’article 9-1 de ce décret prévoit qu’un agent promu est reclassé à l’échelon comportant un indice égal ou, à défaut, immédiatement supérieur à celui qu’il détenait dans son cadre d’emploi d’origine. Le cadre d’emplois des agents de maîtrise avait perdu de son attractivité pour les adjoints techniques, compte tenu d’une transposition partielle aux agents de maîtrise, dans les années passées des revalorisations accordées au cadre d’emplois des adjoints techniques territoriaux. La mise en œuvre du protocole relatif aux parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR), et à l’avenir de la fonction publique a  permis de procéder à une revalorisation significative et progressive de l’échelonnement indiciaire applicable aux agents de maîtrise territoriaux, qui est intervenue par les décrets n° 2016-1382 et n° 2016-1383 du 12 octobre 2016 modifiant les décrets n° 88-547 et n° 88-548 du 6 mai 1988 portant statut particulier et échelonnement indiciaire applicable aux agents de maîtrise territoriaux. C’est ainsi qu’à terme, en 2021, le premier grade d’agent de maîtrise sera doté d’un indice brut terminal supérieur à celui du grade d’adjoint technique principal de 1re classe. De même, l’échelonnement indiciaire du grade d’avancement d’agent de maîtrise principal, désormais accessible au choix après quatre années dans le grade d’agent de maîtrise contre six années auparavant, a été revu et son indice brut terminal aligné sur celui du premier grade de la catégorie B. De ce fait, ces mesures vont progressivement permettre de rendre attractive la carrière des agents de maîtrise territoriaux.

 

Texte de référence : Question écrite n° 17057 de M. Philippe Gosselin (Les Républicains – Manche) du 19 février 2019, Réponse publiée au JOAN le 5 mars 2019

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques