Décorrélation du point d’indice

Rémunération

La décorrélation du point d’indice entre les trois fonctions publiques ne sera pas présentée dans le cadre du prochain projet de loi relatif à la fonction publique.

La décorrélation du point d’indice est une mesure décriée par les organisations syndicales, les associations professionnelles et les employeurs territoriaux, qui considèrent qu’elle s’apparente à une remise en cause du statut de fonctionnaire, qu’elle constituerait un frein à la mobilité entre les fonctions publiques et qu’elle pose un problème d’égalité entre les fonctionnaires. La différenciation de la valeur du point d’indice entre chacun des trois versants de la fonction publique pourrait, en effet, théoriquement présenter des avantages en offrant plus de souplesse et un cadre moins contraint pour les employeurs territoriaux et élus locaux. Ils ne seraient alors plus nécessairement soumis aux décisions prises pour la fonction publique de l’État. La conférence nationale des territoires du 4 juillet 2018 n’a pas donné lieu à l’expression d’une demande des employeurs territoriaux en ce sens.

 

Texte de référence : Question n° 15681 de M. Patrice Anato (La République en Marche – Seine-Saint-Denis) du 1er janvier 2019, Réponse publiée au JOAN le 5 mars 2019

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques