Un observatoire pour veiller sur la qualité de vie au travail des professionnels de santé

Sanitaire et social

L’Observatoire national pour la qualité de vie au travail des professionnels de santé sera chargé de « prendre soin de ceux qui nous soignent ».

La ministre des Solidarités et de la Santé a installé, le 2 juillet, l’Observatoire national pour la qualité de vie au travail des professionnels de santé. Avec une ambition : « Prendre soin de ceux qui nous soignent ». En installant cet observatoire dédié à l’amélioration de la qualité de vie au travail, Agnès Buzyn a réaffirmé l’importance de cette question pour tous les professionnels de santé et médico-sociaux, qu’ils exercent en établissement, en ambulatoire ou au domicile. Cette nouvelle instance aura une double mission :

  • Produire des contributions opérationnelles permettant d’aider les professionnels à améliorer leur pratique en terme de qualité de vie au travail, tant à titre individuel que collectif ;
  • Rassembler toutes les connaissances sur le sujet, les partager et les diffuser largement, notamment par l’organisation d’un colloque annuel.

L’observatoire se définit comme « un centre de ressources ayant vocation à recueillir et à capitaliser sur les données existantes en matière de qualité de vie au travail et à diffuser les sources d’information, les outils pratiques, les initiatives innovantes et probantes, nationales comme régionales », détaille le ministère. Présidé par le Pr Philippe Colombat, chef du pôle cancérologie-urologie du CHRU de Tours, l’instance est composée de douze experts. Ses membres sont des professionnels de santé ou des universitaires reconnus pour leur engagement dans le champ des ressources humaines et des conditions de travail. De plus, leur expertise couvre l’ensemble des thèmes prioritaires de la qualité de vie au travail : sécurité des soins, médecine du travail, addictions, exercice ambulatoire, secteur médico-social, attractivité des personnels, parcours des étudiants en santé, psychologie au travail, management, formation et prise en compte des enjeux de transformation du système de santé.

Les membres de l’observatoire se sont donné jusqu’à la rentrée pour définir ensemble leurs thématiques prioritaires de réflexion, ainsi que les modalités de fonctionnement des groupes de travail. Pour conduire ses missions, celui-ci s’appuiera sur la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) et l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT).

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum