Un collectif dénonce la présence persistante d’amiante dans les écoles

Santé et sécurité au travail

Des syndicats et des associations exigent un véritable plan amiante dans l’Éducation nationale.

Au mois de juin, Santé publique France a publié des chiffres inédits sur les cas de mésothéliomes pleuraux, ces cancers spécifiquement liés à l’amiante, dans l’Éducation nationale. Sur la base de ce rapport, on estime qu’en 20 ans, au moins 410 agents et professeurs de l’Éducation nationale sont morts en raison d’une exposition à l’amiante dans un établissement scolaire !

Plus récemment, fin novembre, l’AFP et Le Monde ont révélé le contenu d’un rapport intitulé « Contrôle des obligations réglementaires relatives à la présence d’amiante dans les écoles publiques », remis ce printemps au Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse par les inspecteurs santé et sécurité au travail (ISST). Ces inspecteurs ont visité 175 écoles publiques du premier degré, maternelles et élémentaires, au cours de l’année scolaire 2017-2018. Et leur verdict est sans appel : la loi n’est pas respectée. Près de neuf de ces écoles sur dix (88 %) ont été construites avant 1997, année de l’interdiction de l’amiante en France, et sont donc susceptibles d’abriter des matériaux et produits contenants de l’amiante (MPCA). Propriétaires des bâtiments, les collectivités territoriales ont l’obligation légale d’établir, pour chacune d’elles, un dossier technique amiante (DTA). Or 46 % des écoles visitées ne disposent pas de DTA. Et, pour les 54 % qui en ont un, sa qualité laisse à désirer.

« Face à ces constats alarmants », 13 associations et syndicats ont coécrit et cosigné une tribune, publiée le 25 novembre dans le quotidien Libération, pour réclamer un « plan d’action contre l’amiante dans l’Éducation nationale ». Les signataires souhaitent rencontrer le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, « afin d’anticiper les situations de blocage et de prévenir les risques d’exposition à l’amiante et leurs effets pour les élèves et les personnels ». Selon eux, la communauté éducative s’inquiète du « manque d’informations fiables » et de la communication « souvent désastreuse » des collectivités territoriales et des rectorats.

« Depuis plus de 20 ans, la réglementation amiante n’est pas respectée. Il est temps d’agir. Nous réclamons la transparence. Nous exigeons que toutes les mesures soient prises afin de protéger la santé des enfants et des personnels », écrivent les 13 associations et syndicats. Et de conclure : « personne ne devrait plus risquer sa vie en étudiant ou en travaillant dans les écoles ».

Posté le par

Recommander cet article