15 mesures pour le bien-être des étudiants en santé

Santé

Agnès Buzyn et Frédérique Vidal annoncent 15 engagements pour favoriser le bien-être des étudiants en santé.

La ministre des Solidarités et de la Santé et la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont présenté, mardi 3 avril, 15 mesures en faveur du bien-être des étudiants en santé. Ces 15 engagements sont issus du rapport du Dr Donata Marra, rendu le jour même aux deux ministres. « Le bien-être des étudiants en santé est une priorité tant pour la jeunesse de notre pays que pour le bon fonctionnement de notre système de santé et la qualité des soins dispensés à l’ensemble de la population », assurent Agnès Buzyn et Frédérique Vidal.

Voici les 15 engagements pris par les deux ministres.

Des mesures immédiates de soutien et d’intervention

  • Créer dans toutes les universités une structure d’accompagnement des victimes de violence.
  • Créer dans toutes les facultés de santé une structure d’accompagnement, ouverte à tous les étudiants et garantissant la confidentialité ; identifier des circuits courts d’obtention d’un avis psychiatrique pour les étudiants en santé, respectant la confidentialité et tenant compte des difficultés spécifiques de ce public ; former des personnes ressources, y compris parmi les étudiants au dépistage des signes de souffrance mentale.
  • Renforcer les moyens des services de santé universitaires et favoriser leur évolution vers des centres de santé universitaires.
  • Mettre en place une cellule nationale d’évaluation des situations exceptionnelles permettant en dehors des règles liées au classement à l’ECN (épreuves classantes nationales) le changement de filière ou de subdivision.
  • Assurer l’évaluation systématique des lieux de stage par les étudiants, dans toutes les filières et déclencher une procédure de réexamen de l’agrément ou des conventions en cas d’évaluation insatisfaisante.
  • Introduire un module transversal concernant les risques psychosociaux, la gestion du stress et les stratégies d’empowerment dans toutes les formations en santé.
  • Améliorer les conditions de travail en stage : respect strict du repos de sécurité et limitation à 48h du temps de travail hebdomadaire ; formation pédagogique de tous les encadrants ; amélioration des conditions d’accueil et d’hébergement lors des stages en milieu rural.

Une transformation globale des études de santé

  • Rendre l’étudiant acteur de son orientation : créer un module d’information sur les formations en santé accessible sur Parcoursup à la rentrée 2018 ; inclure un module de préparation du projet professionnel dans toutes les expérimentations d’alternatives à la PACES (1re année commune aux études de santé) ; faire de l’orientation progressive des étudiants en santé une priorité dans la réflexion sur les formations en santé ; assurer des passerelles de sortie avec validation des acquis pour tous les étudiants en santé à tous les niveaux de leurs études.
  • Rapprocher toutes les formations de l’université et assurer l’accès de tous les étudiants en santé à la médecine préventive, aux activités culturelles et sportives au plus tard à la rentrée 2019.
  • Repenser les cursus pour les centrer sur les compétences à acquérir et sortir d’une logique de compétition : poursuivre les expérimentations d’alternative à la PACES et les travaux concernant la réforme du second cycle des études médicales avec l’objectif d’une disparition de l’iECN dans sa forme actuelle.

Une coordination régionale et nationale pour mesurer, repérer et partager les bonnes pratiques

  • Créer un centre national d’appui, doté de moyens spécifiques, et réunissant des enseignants de toutes les formations en santé.
  • Créer, en lien avec les associations étudiantes des structures régionales permettant le recours pour des difficultés non résolues localement, notamment pour les internes.
  • Réaliser, en lien avec les associations étudiantes, une enquête à jour fixe et développer une communication spécifique.
  • Réaliser en lien avec Santé publique France et les associations étudiantes un clip pour aider les étudiants à détecter la souffrance psychique chez leurs collègues et à les accompagner vers des ressources. Cette mesure s’articulera avec le développement de la formation aux premiers secours en santé mentale prévue dans le plan national de santé publique.
  • Développer un module spécifique de formation des formateurs, nécessaire pour accéder aux fonctions de direction des instituts de formation et de coordonnateur de Diplôme d’études spécialisées.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum