Le désamour envers le métier d’aide-soignant

Santé

De moins en moins de candidat(e)s se présentent à l’entrée en formation d’aide-soignant.

En 2018, 26 200 élèves étaient inscrits dans l’un des 484 établissements dispensant une formation d’aide-soignant, selon une récente enquête publiée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Solidarités et de la Santé (Études & Résultats n° 1135, décembre 2019). Pour mémoire, l’aide-soignant, le plus souvent l’aide-soignante, assiste l’infirmier dans les activités quotidiennes de soins et contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne et en aidant au maintien de leur autonomie.

Le nombre de diplômés de cette formation est quasi-stable et s’élevait à 22 800 l’an dernier, soit 300 diplômés de moins qu’en 2017. Le nombre de diplômés évolue lentement depuis 2010 (+ 12 % entre 2010 et 2018), après avoir fortement augmenté dans la première moitié des années 2000 (+ 58 % entre 2000 et 2005), à la suite d’une augmentation des capacités d’accueil en formation au cours de cette période (24 700 inscrits en formation en 2010 contre 12 300 inscrits en 2000), explique la Drees.

En revanche, le nombre d’inscrits en formation a baissé pour la deuxième année consécutive. Au total, cette baisse s’établit à – 6 % entre 2016 et 2018. Quant au nombre annuel de candidats passant les épreuves de sélection à l’entrée en formation d’aide-soignant, il s’effondre carrément. Ainsi, l’an dernier, 64 500 candidats ont passé ces épreuves de sélection, contre 111 100 en 2014, soit une baisse de 42 % en 4 ans ! Le taux de candidats admis à entrer en formation d’aide-soignant se situe, de ce fait, à un niveau particulièrement haut en 2018 (41 %), soit 27 points de plus que le taux observé en 2014 (24 %), observe la Drees.

En 2017, l’âge moyen d’entrée en formation était de 28 ans et 7 mois. Les étudiants qui entreprennent une formation d’aide-soignant sont, en moyenne, plus âgés que ceux intégrant une autre formation de la santé (25 ans et 5 mois pour l’ensemble), notamment parce qu’ils sont moins nombreux à sortir de formation initiale (26 %, contre 65 % dans l’ensemble des formations de santé).

Par ailleurs, si les promotions des formations de santé sont très largement féminines, celles d’étudiants aides-soignants le sont encore davantage. De fait, 90 % des nouveaux entrants en formation sont des femmes, contre 84 % pour l’ensemble des formations de santé, constate l’enquête de la Drees.

Posté le par

Recommander cet article