Covid-19 : une indemnité exceptionnelle pour les étudiants en soins infirmiers mobilisés

Santé

Le gouvernement met en place une indemnisation exceptionnelle des étudiants en soins infirmiers de 2e et 3e années mobilisés durant la crise sanitaire.

En complément de la revalorisation des indemnités de stage, qui interviendra au 1er janvier 2021, le ministre des Solidarités et de la Santé et la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont annoncé, le 10 novembre 2020, la création d’une indemnité exceptionnelle de stage supplémentaire destinée aux étudiants en soins infirmiers de 2e et 3e années mobilisés en renfort dans les établissements de santé et médico-sociaux pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Ce complément se traduit par la majoration exceptionnelle des indemnités de stage durant la période de l’état d’urgence sanitaire permettant de parvenir à un montant de 136,50 euros par semaine de mobilisation. Les Agences régionales de santé (ARS) sont invitées à mettre en place cette mesure sans délai.

L’arrêté instaurant cette indemnisation exceptionnelle a été publié au Journal officiel du 10 novembre 2020. Son montant est fixé, sur la base d’une durée de stage de 35 heures par semaine, à :

  • 98,50 euros hebdomadaire en 2e année ;
  • 86,50 euros hebdomadaire en 3e année.

Financée sur les crédits de l’assurance maladie, cette indemnité sera versée « au plus tard le mois suivant la fin du stage par l’agence régionale de santé de la région d’implantation de l’institut dont relève l’étudiant », précise l’arrêté. Ainsi, les étudiants en soins infirmiers intervenant en renfort sur des missions d’aide-soignant pendant leur formation seront bien rémunérés à hauteur de 136,50 euros par semaine de mobilisation, soit environ 550 euros si la mobilisation est d’une durée d’un mois, indiquent les deux ministres.

Olivier Véran a rappelé qu’un vademecum spécifique sur la mobilisation des professionnels de santé et des étudiants en santé a été diffusé aux ARS, ainsi qu’aux établissements de santé et médico-sociaux. Les ARS sont chargées de structurer la mobilisation sur leurs territoires, en lien étroit avec les établissements bénéficiaires, les responsables académiques des formations et les représentants des étudiants en santé, en veillant à maintenir autant que possible les périodes de formation des étudiants en santé. « Notre système de santé fait à nouveau face à une pression épidémique exceptionnelle qui nécessite la mobilisation de toutes ses forces. Le rôle que jouent les étudiants en soins infirmiers dans la prise en charge des patients par nos établissements de santé est précieux, qu’il s’agisse de patients Covid-19 ou souffrant d’autres pathologies. Leur engagement dans cette période difficile devait être reconnu et valorisé. C’est le choix que nous faisons », a déclaré le ministre des Solidarités et de la Santé.

Posté le par

Recommander cet article