Agnès Buzyn débloque 70 millions d’euros pour les urgences

Santé

En réponse au mouvement de grève des services d’urgences, la ministre des Solidarités et de la Santé vient d’annoncer une série de mesures financières à destination des professionnels.

Lors de l’installation de la Mission de refondation des services d’urgences, réunissant les représentants des professionnels des services d’urgence, des fédérations d’établissements, des ordres professionnels, des agences sanitaires et du collectif Inter-Urgences, la ministre des Solidarités et de la Santé a affirmé le 14 juin, à l’ensemble des participants, « sa volonté de rendre effectives et concrètes sans attendre les premières mesures annoncées au Congrès des urgentistes ». Les mesures dévoilées ce vendredi représentent une enveloppe de 70 millions d’euros.

Généralisation de la prime individuelle de risque versée aux professionnels des services d’urgence (hors médecins)

Reconnaissant l’exposition des personnels affectés à la prise en charge de patients dans les structures mobiles d’urgences et de réanimation (SMUR) et dans des structures d’urgence (SAU) à des risques particuliers et des conditions de travail spécifiques, Agnès Buzyn a décidé de revaloriser, « dès le 1er juillet 2019 », l’indemnité forfaitaire de risque à 118 euros bruts (100 euros net). En outre, celle-ci sera désormais versée à tous les professionnels des services d’urgence (hors médecins). Cette prime concernera environ 30 000 personnes.

Une prime de coopération pour le personnel paramédical

Dans le cadre de la mise en place des protocoles de coopération prévue par la loi santé, permettant une délégation de tâche du personnel médical au personnel paramédical, une prime de coopération sera instituée pour les infirmiers et aides-soignants qui se verront confier de nouvelles compétences. Le montant de cette prime atteindra 100 euros bruts mensuels.

Une enveloppe de recrutement d’effectifs

La ministre des Solidarités et de la Santé a également annoncé une enveloppe de 15 millions d’euros « afin de permettre aux services d’urgence en tension de renforcer leurs effectifs paramédicaux durant la période estivale et de maintenir ainsi un maximum de lits ouverts ». Pour préparer la période estivale, Agnès Buzyn réunira l’ensemble des professionnels et acteurs concernés au ministère ce mardi 18 juin.

Davantage d’heures supplémentaires

Disposition prévue dans le cadre de Ma Santé 2022, la ministre a annoncé le rehaussement du plafond des heures supplémentaires à 20 heures par mois ou 240 heures par an pour l’ensemble des corps et l’instauration d’une procédure permettant, si besoin, de déroger à ce plafond, sur la base d’une décision du directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS).

Le plan de modernisation des locaux et équipements des services urgences

Les ARS vont être mobilisées « afin d’engager des travaux de rénovation des urgences qui le nécessitent pour améliorer la qualité de l’accueil des patients et les conditions de travail des personnels hospitaliers ».

Posté le par

Recommander cet article