Les maires se battent pour sauver les pharmacies des petites communes

Santé

L’Association des Maires de France (AMF) s’oppose « fermement » à la disparition des pharmacies de proximité.

Dans le cadre de la commission Santé de l’association, les élus de l’Association des Maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF) ont reçu, le 5 février 2020, le président de la Fédération des pharmaciens d’officine (FSPF). Ensemble, ils ont appelé à préserver un maillage de proximité pour les officines de pharmacies et à maintenir leur présence dans les communes ayant un nombre d’habitants inférieur au seuil de 2 500 habitants (au-dessous duquel une pharmacie n’est pas obligatoire). Dans un contexte de forte demande des citoyens pour un égal accès aux services publics, les maires et présidents d’intercommunalité « s’engagent au quotidien pour maintenir une offre de soins de proximité et de qualité pour leurs administrés. Et, ce, alors que l’accès aux soins ne relève pas d’une compétence obligatoire pour les municipalités », insiste l’AMF. Au côté des autres professionnels de santé installés sur le territoire, les pharmacies sont « des acteurs incontournables » du parcours de soins du patient qui contribuent largement à l’organisation des soins de proximité, pointent les élus locaux.

Selon l’AMF, la volonté de diminuer les coûts de distribution des médicaments risque d’inciter, à terme, à une application « trop restrictive et stricte » de la réglementation sur le seuil de 2 500 habitants, alors même que « la pénurie de médecins sur les territoires, notamment les territoires ruraux, impacte déjà fortement la présence de pharmacies ». L’association martèle que les pharmacies de proximité constituent un acteur de santé important pour les habitants. À ce titre, celles-ci ont « toute leur place » au sein des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et des contrats locaux de santé (CLS). « Très appréciés » des élus, ces outils ont vocation à organiser le maillage territorial de l’offre de soins et permettent le développement de politiques de santé territorialisées.

« À l’heure où la France fait face à une pénurie d’offre de soins inédite, qui de plus va s’accentuer au cours des prochaines années, l’AMF s’oppose fermement à la disparition des pharmacies de proximité, qui constituent de réels acteurs de santé aujourd’hui présents dans les territoires », conclut l’association.

Posté le par

Recommander cet article