Santé mentale : les seniors et les chômeurs pas assez protégés

Santé

Les seniors et les chômeurs sont souvent les oubliés du domaine de la santé mentale, constate l’OCDE, qui appelle les États européens à faire davantage pour alléger le fardeau économique et humain que représentent les suicides et les maladies mentales.

« On peut et on doit encore faire beaucoup plus pour promouvoir le bien-être psychologique et prévenir les maladies mentales », juge l’organisation internationale dans son rapport annuel sur l’état de santé des Européens publié jeudi 22 novembre 2018.

Or, si les 31 pays étudiés ont tous mis en place au moins un programme pour mieux prévenir ou traiter ces problèmes, les politiques ciblées visent souvent les adolescents ou les salariés, mais laissent trop de côté les seniors et les personnes sans emploi. Seuls 12 et neuf pays respectivement mènent ainsi des actions auprès de ces populations « vulnérables », recense l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Elle estime que, dans l’Union européenne, plus d’une personne sur six a été confrontée à des problèmes psychologiques en 2016 (troubles de l’anxiété, dépression, addictions, bipolarité, schizophrénie, etc.) et que 84 000 en sont décédées.

Ce problème de santé publique représente un coût de plus de 600 milliards d’euros, soit 4 % du produit intérieur brut de l’UE, si l’on ajoute les dépenses de santé, les dépenses sociales et les coûts indirects liés à l’inactivité et à la perte de productivité des personnes affectées, calcule l’OCDE.

L’organisme invite également les pays européens à s’inspirer des programmes qui ont fonctionné chez leurs voisins.

Elle cite par exemple les actions menées par la Finlande depuis les années 1980, qui ont permis de faire baisser de plus de moitié le taux de suicide, même s’il reste encore élevé chez les jeunes hommes. Le pays s’est notamment concentré sur la restriction de l’accès aux armes et autres moyens de se donner la mort, l’établissement de lignes téléphoniques d’écoute et l’intégration sociale des personnes fragiles.

La Finlande domine malgré tout le podium des pays les plus touchés par les problèmes de santé mentale (18,8 % de la population), suivie par les Pays-Bas et la France.

L’OCDE avertit toutefois que les différences statistiques peuvent s’expliquer par le fait que les maladies psychiatriques sont moins diagnostiquées dans les pays où elles font l’objet d’une plus grande stigmatisation ou ceux où l’accès aux soins est moins facile.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum